Sûreté hydraulique : des ouvrages sous surveillance constante

La maîtrise des risques liés à l’exploitation des ouvrages hydroélectriques repose sur la qualité de leur construction, mais aussi sur une surveillance permanente dont EDF a la charge. Ce suivi détermine les opérations de maintenance. Il est accru sur les grands barrages.

Des analyses et des inspections quotidiennes

Travaillant quotidiennement, soumis à des phénomènes naturels (crues, variations de température…), les aménagements hydrauliques sont des ouvrages "vivants" qui réclament une surveillance approfondie.

Les exploitants, ingénieurs et équipes de maintenance d’EDF contrôlent donc en permanence l'état des centrales, barrages, vannes et conduites forcées dont ils doivent assurer la protection.

Ce suivi quotidien prend deux formes : des inspections réalisées de visu et l'analyse de données transmises par les centres de télé-auscultation de Grenoble et Toulouse. Ces derniers mesurent à distance et en temps réel les tassements, pressions, fuites ou micro-mouvements qui affectent les ouvrages grâce à des capteurs installés à des points névralgiques.

90 000 capteurs installés sur 400 ouvrages hydrauliques télétransmettent en temps réel leurs relevés.

Les équipes d'EDF peuvent ainsi établir régulièrement un diagnostic santé des ouvrages et programmer, si nécessaire, des opérations de maintenance préventives. Pour informer administration et administrés, l’Inspecteur de la Sûreté Hydraulique d’EDF rédige tous les ans un rapport sur la sûreté des installations.

Protection des ouvrages : un suivi spécifique pour les barrages de plus de 10 m

Les 150 barrages dépassant 10 mètres de hauteur sont soumis à une surveillance encore plus stricte, impliquant les services de l'État. Des inspections y sont menées par les DREAL (Directions Régionales de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement) avec pour objectif de vérifier l'état des ouvrages, mais aussi l’efficacité des contrôles de sûreté effectués par EDF.

La réglementation oblige également EDF à effectuer tous les dix ans des visites approfondies de ces barrages : les ETC (Examen Technique Complet). Ce check-up mobilise des moyens importants, comme l'utilisation de drones pour vérifier l’ensemble des parements par exemple.

En 2012, EDF a réalisé 19 « Examens Techniques Complets » sur les grands barrages.

Les parties immergées font l'objet d'une attention particulière. Leur observation s'effectue en vidangeant la retenue d'eau ou, si cela est techniquement possible, en utilisant un robot subaquatique.

Toutes ces opérations s'effectuent sous le contrôle des DREAL et du STEEG (Service technique de l'énergie électrique et des grands barrages).

Les 67 plus importants barrages du parc font enfin l'objet de PPI (Plans Particuliers d'Intervention) définis par les préfets. Volets spécifiques des plans ORSEC, les PPI prévoient les procédures d'alerte et d'organisation des secours en cas de comportement anormal ou de rupture du barrage.

Analyses, suivis, examens : EDF exerce une surveillance permanente de ses barrages pour assurer au mieux la sécurité des installations.