26 Mai. 2021

Nouveaux horizons avec l’université de Manchester

Le centre de modélisation et de simulation (MaSC) est le fruit d'une collaboration historique entre l'Université de Manchester et la R&D d’EDF. Ce partenariat, renouvelé en 2021 pour une durée de 5 ans, ouvre la voie à de nouveaux projets collaboratifs.

Le MaSC se concentre depuis 2011 sur les compétences numériques et expérimentales de haut niveau en ingénierie mécanique, pour relever les défis dans les domaines de la thermo-hydraulique et le comportement mécanique des matériaux, composants et structures nucléaires.
Avec des activités aussi diverses que les écoulements monophasiques et multiphasiques, le soudage et la fabrication additive, le béton, la corrosion et le graphite, le MaSC relève les défis de demain liés à la production d'énergie bas-carbone, au-delà du nucléaire. Ses recherches contribuent à l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 et au plan en 10 points établi par le gouvernement britannique. Le Centre EDF R&D UK et le MaSC ont convenu d’un programme de recherche commun, permettant aux doctorants récemment diplômés et aux chercheurs plus expérimentés de renforcer, diversifier ou appliquer leurs compétences et leurs recherches pour répondre aux besoins industriels d'EDF.
Les discussions intenses autour de la feuille de route du MaSC ont déjà débouché sur le projet SINDRI, un projet ambitieux de 5 ans subventionné par EPSRC (principal organisme britannique de financement de la recherche en ingénierie et en sciences physiques). Ce projet met à profit une expertise de premier plan, qui s’appuie sur les outils de modélisation et plateformes numériques développées par EDF, en complément du projet Réacteur Numérique. Il comprend des essais expérimentaux et numériques visant à mieux caractériser les mécanismes de dégradation fréquemment rencontrés dans les composants métalliques utilisés dans le nucléaire. Les méthodes numériques de type gestion des incertitudes, réduction de modèle, assimilation de données et apprentissage constituent un pilier essentiel de ce projet et permettront de franchir  un nouveau pas vers les jumeaux numériques pour la tenue des composantes.
Ce projet permet également de renforcer la collaboration avec d'autres partenaires académiques (Université de Bristol, Imperial College, STFC, NAMRC) et industriels (Jacobs, NNL, UKAEA, Rolls Royce). Un bon départ pour ce nouveau cycle du MaSC !
 

 

Contact : Philippe Martinuzzi (philippe.martinuzzi@edfenergy.com), responsable R&D modélisation et simulation, équipe nucléaire