30 mar. 2021

Une e-inauguration réussie pour un banc d’essais dédié aux ENR à la R&D d'EDF

Le département Electrotechnique et Mécanique des structures de la R&D d’EDF a inauguré son banc d'essai dédié à l’étude des génératrices éoliennes. Un moment de partage à distance entre la direction R&D, le client EDF Renouvelables et les acteurs du projet ROMEO* du département.

L’équipe du projet ROMEO du département de recherche a inauguré son banc d'essais ENR virtuellement, une première pour la R&D.

Ce banc d'essai permet de simuler la chaine de conversion électromécanique des systèmes de production renouvelables (génératrices éoliennes, convertisseurs de puissance). L'ensemble dispose de machines électriques à échelle réduite, de même architecture que celles rencontrées dans les éoliennes (terrestre et en mer), ainsi que des systèmes de conversion et de contrôle-commande associés. Ce banc doit permettre la mise en place d'outils de diagnostic et d'optimisation des systèmes de conversion et peut servir également d'outil de formation.

' Cet événement, proposé sur un format innovant à distance, est un bel exemple de la poursuite de nos efforts pour la continuité de nos activités. L'éolien offshore est un sujet important pour la R&D, la mise en service de ce banc d'essai est donc une étape importante.
précise Bernard Salha, Directeur de la R&D d'EDF.
 
' Merci à tous ceux qui ont contribué à la mise en service de ce banc d'essais. C'est une étape très importante qui permettra une montée en compétence. Nous franchissons également une nouvelle étape sur la modélisation grâce à cette installation,
complète Étienne Brière, Directeur du programme Énergies Renouvelables et Stockage de la R&D.

 

Durant cette inauguration, les participants ont pu découvrir des vidéos proposées par le département qui a permis d'amener plusieurs questions techniques de la part des participants et également un moment d'échange en fin d'événement.

Découvrez les deux vidéos de présentation du banc d’essai :

 

*Ce projet européen vise à réduire les coûts de maintenance et d’exploitation des parcs éoliens offshores, en particulier des turbines, grâce aux technologies big data.