26 juil. 2021

Expérimentation d’un chantier décarboné sur la Métropole de Lyon

Dans le cadre d’un chantier d’installation de bornes de recharge électrique, la R&D d’EDF, en lien avec la filiale Izivia, aide à réduire l’empreinte environnementale d’un chantier urbain en s’appuyant sur l’analyse du cycle de vie et l’économie circulaire.

 

Le Groupe EDF innove en permanence pour accompagner ses clients et ses parties prenantes dans la décarbonation des usages et des territoires. Dans ce cadre, la R&D d’EDF et les partenaires du chantier lancent une expérimentation sur un chantier urbain d’installation de bornes de recharge électrique Izivia à Bron dans la Métropole de Lyon.

Objectif : rechercher en lien avec les acteurs du chantier, dans une logique d’économie circulaire, toutes les solutions pour décarboner les différentes étapes de la réalisation du chantier, mais aussi mesurer et quantifier la plus-value environnementale des améliorations apportées.

 

     L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) du chantier permet de prendre en compte toutes ses étapes : de l’extraction des matières premières pour la fabrication des engins et matériaux, jusqu’au traitement en fin de vie, en passant par les activités de terrassement, le transport des intervenants et la fourniture d’électricité. 

     Cette analyse permet de capter sur plusieurs aspects les bienfaits environnementaux des solutions (réduction des émissions de GES, ou des particules fines en autre),

    

 

 
mais aussi d’améliorer la qualité de l’air et le bruit à une échelle locale, notamment pour les opérateurs du chantier et les riverains à proximité.

 

Une expérimentation inédite

Une volonté commune de décarbonation des activités et des usages a permis de réunir les partenaires de ce chantier dans une expérimentation inédite de chantier urbain.

Tout a été mis en œuvre pour réduire au maximum l’empreinte environnementale de ce chantier, avec quelques exemples :
-    Les intervenants de Serpollet, l’entreprise de travaux publics, Izivia et Enedis se rendent sur le chantier en véhicules électriques avec comme bénéficie une large réduction du bilan de Gaz a effet de serre, mais aussi une nette amélioration de la qualité de l’air.
-    La mini pelle Volvo équipée de composants Bosch Rexroth, utilisée pour le terrassement, est électrique, ce qui a permet de diminuer le bilan GES mais aussi de réduire les nuisances sonores, et améliorer la qualité de l’air via une nette réduction des NOx, des particules fines (PM10 & PM2.5) et des Composé Organique Volatil Non Méthanique (COVNM)
-    Le béton du cimentier Vicat, nécessaire pour sceller les bornes de recharge, a été fabriqué en réduisant de 55 % son bilan GES par rapport au béton traditionnellement utilisé
-    Les remblais utilisés par Serpollet pour combler la tranchée après l’installation des câbles électriques sont des matériaux recyclés
-    La Métropole de Lyon a modifié les plannings de ses travaux pour mettre en place directement la couche définitive de bitume (enrobé) qui fermera la tranchée et ainsi supprimer l’étape consistant à d’abord mettre une couche temporaire d’enrobé.
-    L’électricité utilisée pour alimenter tous les véhicules est issue du mix électrique français bas carbone (nucléaire, hydraulique, éolien et solaire)
 

Un gain de 27 % sur les émissions de GES et d’environ 15% sur les émissions de particules fines sur l’ensemble du cycle de vie.

Ce chantier-test permettra d’améliorer, à l’avenir, l’empreinte environnementale et sociétale des chantiers urbains et de proposer des bonnes pratiques.
EDF R&D dispose maintenant d’un point de repère pour poursuivre ses recherches et proposer de nouvelles pistes d’amélioration afin de réduire toujours plus l’empreinte environnementale des processus et les usages.

L‘action régionale AuRA en chef d’orchestre

C’est la direction action régionale d’EDF à Lyon qui a eu l’idée de cette expérimentation et qui a coordonné l’opération entre les différents acteurs du chantier. Une visite du chantier a eu lieu jeudi 8 juillet avec le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard et les représentants des entreprises partenaires.
 

Pour Marc Simon-Jean, Directeur Action Régionale d’EDF en Auvergne Rhône-Alpes « EDF se félicite de participer à cette expérimentation qui s’inscrit dans une synergie territoriale de création de projets entre industriels locaux et collectivités, au service d’une écologie industrielle et territoriale. Elle montre concrètement notre ambition collective de participer à la décarbonation des usages pour atteindre la neutralité carbone en 2050, au bénéfice d’une meilleure qualité de vie. Pour le groupe EDF, l’électrification des usages est un vecteur d’efficacité énergétique et de décarbonation »