Notes d'information

  • 15 mar 2019
    Mise à jour de l’événement de niveau 2 (échelle INES) suite aux contrôles complémentaires des ancrages des diesels des centrales nucléaires 900 MW et 1300 MW

     

  • 01 mar 2019
    Rapport de l’Inspecteur Général pour la sûreté nucléaire et la radioprotection
  • 12 fév 2019
    Déclaration d’un événement significatif de niveau 1 (échelle INES) concernant le défaut de robustesse au séisme de vannes
  • 12 fév 2019
    Déclaration d’un événement significatif sûreté générique de niveau 1 (échelle INES) sur le risque de non tenue au séisme de certains matériels du circuit de refroidissement intermédiaire
    Lors de contrôles menés à Saint-Alban sur les liaisons entre les pompes et les  tuyauteries du circuit de refroidissement intermédiaire (RRI)*, il est apparu que les joints d’étanchéité équipant ces liaisons pouvaient engendrer un défaut de tenue de ces matériels en cas de séisme**.
    Ces défauts portaient sur les joints disposés entre des assemblages de tuyauterie sur l’ensemble des pompes des réacteurs de Saint-Alban 1-2. Aujourd’hui, l’ensemble de ces défauts a été corrigé.
    Les contrôles ont ensuite été étendus à l’ensemble des pompes RRI* des 20 réacteurs 1300 MWe du parc nucléaire français. Ils ont révélé des défauts sur un joint de liaison d’une pompes RRI de Cattenom 4 et Golfech 1, ainsi qu’un sous serrage de liaison sur une pompe RRI de Belleville 2. Les travaux pour les réacteurs de Belleville 2, Cattenom 4 et Golfech 1 sont d’ores et déjà programmés.
    EDF a déclaré cet évènement à l’Autorité de sûreté nucléaire le 08/02/2019 comme Evènement significatif sûreté générique de niveau 0 sur l’échelle INES qui en compte 7 pour les réacteurs de Belleville 2, Cattenom 4 et Golfech 1 et de niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7 pour les réacteurs de Saint-Alban 1-2.

    * Le circuit RRI a pour fonction d’assurer, en fonctionnement ou à l’arrêt, la réfrigération des circuits auxiliaires des installations nucléaires. Chaque réacteur de 1300 MWe est équipé de quatre pompes RRI, assurant ainsi la redondance des matériels. Lorsqu’un circuit est indisponible, un autre permet d’assurer des fonctions similaires.
    ** Le dimensionnement des systèmes d’une centrale nucléaire implique la définition de deux niveaux de séisme de référence : le séisme maximal historiquement vraisemblable (SMHV) qui est supérieur à tous les séismes s’étant produit au voisinage de la centrale depuis mille ans, et le séisme majoré de sécurité (SMS), séisme hypothétique d’intensité encore supérieure.

     

  • 20 nov 2018
    Mise à jour de l’événement de niveau 2 (échelle INES) suite aux contrôles complémentaires des ancrages des diesels des centrales nucléaires 900 MW et 1300 MW

    En cas de perte des alimentations électriques extérieures, les diesels de secours fournissent l’électricité nécessaire aux matériels de sûreté d’un réacteur.
     
    Le 20 juin 2017, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un Événement significatif de sûreté «générique» de niveau 2* concernant le sous-dimensionnement des ancrages de certaines structures métalliques des diesels de secours des centrales de 1300 MW en cas de séisme d’intensité SMHV**.
     
    Le 13 octobre 2017, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), une mise à jour de l’événement significatif de sûreté «générique» de niveau 2 du 20 juin 2017, pour intégrer les unités de production n°2 et n°5 de Bugey et n°1 et n°2 de Fessenheim.
     
    Le 8 janvier 2018, EDF a déclaré à l’ASN une mise à jour de cet événement significatif de sûreté «générique» de niveau 2, pour intégrer les unités de production n°3 et 4 de Bugey.
     
    Au cours de l’année 2018, pour toutes les centrales, EDF a effectué des contrôles complémentaires sur les ancrages et structures de supportage des matériels nécessaires au bon fonctionnement des diesels.
    Ceci a conduit EDF à mettre en lumière que les défauts sur certains matériels étaient susceptibles d’affecter leur tenue au séisme d’intensité SMHV :
     

    • Sur les deux voies**** diesels simultanément pour les réacteurs 1 et 2 de Blayais, le réacteur 2 de Chinon,les six réacteurs de Gravelines, les deux réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux, les deux réacteurs de Flamanville, les quatre réacteurs de Paluel et les deux réacteurs de Saint Alban.
    • Sur une seule voie diesel pour les réacteurs 3 et 4 de Blayais, les réacteurs 1 et 3 de Chinon, le réacteur 2 de Dampierre, le réacteur 3 de Tricastin, les deux réacteurs de Belleville sur Loire et le réacteur 2 de Nogent sur Seine.

     
    Aucun écart n’a été constaté sur les autres réacteurs.
     
    En fonction de matériels auxiliaires concernés par ces défauts d’ancrages, la probabilité de perte complète des diesels n’est pas la même.
    Ainsi cet ESS est reclassé au niveau 2 de l’échelle INES pour les réacteurs n°2 de Chinon, et n°1 et 2 de Saint Laurent des Eaux.
    Cet ESS est reclassé au niveau 1 de l’échelle INES pour les réacteurs n°1 et 2 de Blayais, et n°1, 4, 5 et 6 de Gravelines.
    Cet ESS est reclassé au niveau 0 sous l’échelle INES pour les réacteurs n°3 et 4 de Blayais, n°1 et 3 de Chinon, n°2 de Dampierre et n°3 de Tricastin.
     
    Les autres réacteurs en écart ont déjà été déclarés dans les précédentes déclarations au niveau correspondant.
    L’ensemble de ces écarts ont été traités, les installations sont conformes.
     
    *voir note d’information publiée sur les pages nucléaires du site edf.fr le 20 juin 2017
    **Le dimensionnement des systèmes d’une centrale nucléaire implique la définition de deux niveaux de séisme de référence : le séisme maximal historiquement vraisemblable (SMHV) qui est supérieur à tous les séismes s’étant produit au voisinage de la centrale depuis mille ans,
    ***voir note d’information publiée sur les pages nucléaire du site edf.fr le 8 janvier 2018
    ****Sur une centrale nucléaire, tous les matériels permettant la sûreté des réacteurs sont doublés et situés sur deux « voies », redondantes et séparées physiquement l’une de l’autre

     

Haut de page