13 juil 2013

Sensibilisation aux économies d’énergie : l’intérêt d’en faire une affaire personnelle

  • Témoignage
Comment responsabiliser aux éco-gestes le personnel d’un site mêlant production et administration ? Vincent Riedel, operations manager de Takasago, fabricant d’huiles essentielles, analyse l’expérience réalisée avec l’aide d’EDF Entreprises.

Qu’est ce qui a présidé à cette sensibilisation aux économies d’énergie ?

Entrés dans une démarche ISO 14001, nous veillons depuis 10 ans à réduire notre impact sur l’environnement. Depuis 2011, la certification du groupe nous impose une réduction de 2% par an de nos consommations énergétiques, avec répercussions financières à la clé si les objectifs ne sont pas atteints. Désireux d’aller au-delà des actions internes menées ces dernières années sur l’efficacité énergétique, nous avons lancé un diagnostic sur la maîtrise de l’énergie et une sensibilisation du personnel aux éco-gestes.

Se faire accompagner par un expert d’EDF Entreprises représentait à la fois une caution au plan énergétique et un regard extérieur, l’intervenant couvrant autant la dimension industrielle que la dimension citoyenne. L’objectif était d’impliquer personnellement les employés pour qu’ils s’approprient ces éco-gestes en leur montrant les leviers pour réduire non seulement la facture énergétique de Takasago mais aussi leur facture personnelle.

De quelle manière avez-vous procédé ?

Un mois avant la journée de sensibilisation, nous avons installé un équipement pour suivre nos consommations énergétiques en direct. A partir de son ordinateur, chaque employé a pu mesurer de manière très pédagogique l’impact énergétique d’un équipement en marche en temps réel, noter la baisse de consommation vers midi ou le pic le matin à l’ouverture. Ensuite, la journée de sensibilisation organisée par groupes mixtes entre personnel de production et administration a permis de toucher les 80 personnes du site. L’objectif était de stimuler la réflexion, de faire germer des interrogations et des réflexes à entretenir ensuite, tout en favorisant des regards croisés entre production et administration.

Par exemple, certains ont été surpris de la consommation des appareils en veille ou de l’énergie « vampire » de certains cordons d’alimentation, même une fois l’appareil débranché. Si l’impact de ces consommations clandestines reste modeste à l’échelle individuelle, l’effet démultiplicateur à l’échelle collective met en évidence le rôle de chacun.

Quels résultats concrets avez-vous obtenus ?

Au départ, nous n’étions pas sûrs des résultats, et l’analyse était d’autant plus délicate qu’il a fallu lever les biais liés à la forte variation des températures au cours des trois mois analysés. A température extérieure stable, l’impact de la sensibilisation aux éco-gestes était net.

Ensuite, lorsque la température extérieure a chuté, et malgré l’augmentation de la consommation énergétique, nous avons dégagé plusieurs chiffres sur l’impact de la sensibilisation en couplant les données sur le suivi de consommation avec notre activité. Par exemple, nous avons comparé certains samedis travaillés par le seul personnel de production à d’autres samedis non travaillés. Nous avons ainsi dégagé des indicateurs sur la consommation de la production, analysé certains pics, et pu identifier ainsi précisément les sources d’économies.

Les évolutions de comportement les plus sensibles ont porté sur la partie éclairage : lumières et écrans sont désormais éteints entre midi et 14h. Le chauffage demeure un levier plus délicat car il reste de l’ordre de l’appréciation personnelle. La majorité des collaborateurs ont été convaincus de l’intérêt de la démarche. Côté pilotage, mener la démarche en partenariat avec EDF Entreprises a été essentiel pour favoriser le changement.

Découvrir l'offre en vidéo

En savoir plus

Takasago est une maison de parfumerie. Elle sait donc mettre une odeur dans un produit, un gout dans un aliment et fabriquer elle-même ces produits. Classée 5ème au rang mondiale, c’est la seule maison à être asiatique lui donnant une position unique. Depuis bientôt 100 ans maintenant, Takasago fabrique des odeurs sur les 5 continents.

Son centre de production en Europe est basé dans la banlieue parisienne, à Saint-Ouen-l’Aumône. C’est ici que sont fabriquées les recettes qui ont été développées dans le centre de création parisien par des équipes d’experts dont font partis les nez. Ces odeurs seront retrouvées tant dans les produits de détergence, les produits d’entretien de la personne, que dans la parfumerie fine.
Haut de page