16 oct 2014

Journée de Découverte de l’Hydraulique – Usine EDF de Monistrol-d’Allier (43)

Compétitivité, qualité de vie, facilité d’accès… Les intérêts pour un créateur d’entreprise de s’implanter dans une ville ou un territoire durable sont multiples. Le point avec Philippe Adam, Directeur du Développement du projet Ville Durable d'EDF.

En quoi consiste la démarche Villes et territoires durables ?

Depuis deux ans, EDF s’implique dans le déploiement de projets urbains qui visent au développement durable de la ville ou d’un territoire. Nous avons commencé à intervenir auprès des collectivités et nous élargissons progressivement le périmètre aux zones d’activités. Les collectivités sont soumises à des objectifs ambitieux en termes d’attractivité et de réglementation. Ces ambitions peuvent profiter aux entreprises à la recherche d’une implantation conciliant compétitivité et empreinte bas carbone. Lorsqu’elles font le choix de ces territoires, les entreprises trouvent des solutions à quatre préoccupations fréquentes : limiter leur facture énergétique, utiliser les énergies renouvelables ou énergies fatales les plus pertinentes, réduire leurs émissions de CO2 et créer des activités génératrices d’emploi local. Et ce, grâce aux infrastructures performantes en matière d’énergie, de transport ou de services urbains regroupés en un même quartier.

Comment fonctionnent ces quartiers innovants ?

Un nouveau quartier s’implante rarement dans un no man’s land et doit s’arrimer au tissu local. Dans cet esprit, nous optimisons les ressources existantes en amont du projet, en limitant la création de nouveaux réseaux, et en favorisant les connexions avec les quartiers existants. Nous prenons en compte aussi dans nos approches la diversité des fonctions pour faire jouer les complémentarités entre usages et ressources. L’objectif est d’améliorer le cadre de vie en réduisant les déplacements, en mélangeant lieux résidentiels et activités tertiaires et autant que possible, quelques industriels. Ces nouvelles formes urbaines ouvrent des possibilités de synergies nouvelles sur les services énergétiques et les transports en particulier.

Justement, comment ces synergies se traduisent-elles pour l’entreprise ?

Par un effet de mutualisation des usages, le dispositif permet aux entreprises d’être plus performantes sur le plan énergétique. Par exemple, la mixité entre le secteur tertiaire et le résidentiel va favoriser les échanges de chaleur entre les excédents souvent dégagés par les bureaux ou les process industriels et les besoins constants du résidentiel. Comme dela a été réalisé à Roquebrune Cap Martin, il a été mis en place des réseaux d’énergie thermique par boucle tempérée qui permettent d’exploiter pour le résidentiel un excédent de chaleur produite et non utilisée par le tertiaire. Ce principe s’applique dès que les utilisateurs n’ont pas les mêmes besoins au même moment. Autre valeur ajoutée de la ville durable pour l’entreprise, l’auto-partage et la mobilité bas carbone de type véhicule électrique. Dans un même quartier, les entreprises ont majoritairement besoin de voiture en semaine aux heures ouvrables, les particuliers le week-end ou en soirée. Partager la voiture suivant le principe de car-sharing permet de limiter le nombre d’équipements et de mieux tirer parti des ressources existantes.

Comment s’opère la mise en place de la solution adaptée à l’échelle de la ville ?

Dès l’amont du projet, il faut se poser les bonnes questions sur les postes qui auront un impact sur les consommations d’énergie et les émissions de CO2 dans le quartier. Ce qui intéresse un entrepreneur, c’est de savoir quelle sera sa consommation d’énergie. Demain, nous pourrons tirer parti des énergies locales en recensant les énergies (renouvelables et fatales) pour estimer ce qui est exploitable et comment. Nous comparons également les solutions thermiques entre elles pour réinjecter la chaleur perdue dans des réseaux d’eau tempérée. En résumé, nous étudions toutes les configurations possibles en recensant les besoins d’un côté et le potentiel du territoire de l’autre, pour faire jouer le maximum de synergies énergétiques pertinentes économiquement et techniquement.

©EDF - ERANIAN PHILIPPE

Haut de page