Deux ans après son lancement, le programme national Action cœur de ville a permis d'engager près de 1,2 milliard d'euros sur les 5 milliards d'euros mobilisés. Plus de 35 000 logements ont été construits ou réhabilités au bénéfice des 222 villes moyennes concernées. Les enjeux de transition énergétique sont au cœur du dispositif.

Un levier économique pour 222 villes moyennes

 

Pour les villes moyennes, le plan Action cœur de ville est un levier de l’activité économique. Sa fonction de relance est encore plus cruciale dans le contexte de crise provoquée par le confinement et la pandémie du printemps 2020. Ce programme vise en effet à revitaliser les centres-villes dans les communes de taille moyenne, affectés par une double concurrence : celle des centres commerciaux bâtis en périphérie, et celle des grandes aires urbaines métropolitaines, qui concentrent les emplois, les services et l'activité économique.

La fermeture forcée des commerces pendant deux mois, entre la mi-mars et la mi-mai 2020, a d'autant plus fragilisé les centres-villes. Fin mars 2018, 222 villes moyennes ont été lauréates du programme Action cœur de ville lancé par le Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Ces collectivités locales sont de tailles diverses, et plus d’un tiers ont moins de 20 000 habitants. Mais si certaines comptent entre 7 et 8 000 habitants, la grande majorité est formée de villes de plus de 10 000 habitants.
 

Cinq milliards d'euros sur cinq ans pour le plan Action cœur de ville

Ce plan mobilise cinq milliards d'euros sur cinq ans. Les principaux financeurs sont la Banque des Territoires (Caisse des dépôts), qui apporte 1 milliard d’euros en fonds propres et 700 millions d’euros sous forme de prêts, Action logement qui active 1,5 milliard d’euros et l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Avec 1,2 milliard d’euros, cette dernière soutient la réhabilitation du parc de logements privés dans les centres des villes moyennes, le programme « Engager la Transition Énergétique dans l’Habitat Collectif privé» (ETEHC) et la prolongation du programme de lutte contre l’habitat indigne.

Des résultats à mi-parcours encourageants

Après la mise en place d'un comité de projet, une phase de diagnostic et la définition d'une stratégie de territoire, l'année 2019 a été celle du déploiement des projets. En mai 2020, soit deux ans après le lancement du plan Action cœur de ville, un premier bilan indique que près de 1,2 milliard d'euros ont déjà été engagés, sur les 5 milliards d'euros mobilisés. Plus de 35 000 logements ont été construits ou réhabilités. De plus, le nombre de transactions immobilières a augmenté de 10,39% entre 2018 et 2019, signe d'un regain d'intérêt pour l'acquisition de logements en ville moyenne.
 

Le programme Action cœur de ville : cinq axes structurants

Les projets de revalorisation élaborés par les collectivités et leurs partenaires doivent se décliner autour de cinq axes.

1. La réhabilitation-restructuration de l’habitat en centre-ville, en vue d'attirer de nouveaux habitants dans les cœurs de ville.
2. Le développement économique et commercial, pour favoriser l'installation d'entreprises et de commerces de façon équilibrée.
3. L’accessibilité, les mobilités et les connexions, pour développer l'accès aux cœurs de ville tout en encourageant les mobilités durables.
4. La mise en valeur de l’espace public et du patrimoine, à travers la valorisation des formes urbaines et des sites remarquables.
5. L'accès aux équipements et services publics, maillons essentiels d'un tissu urbain attractif.

Les enjeux de transition énergétique et écologique imprègnent la démarche Action cœur de ville. Qu'elles se lancent dans la revitalisation du commerce, l'amélioration de l’habitat ou la requalification des espaces publics, les villes moyennes visent un aménagement urbain plus durable et résilient. La réhabilitation des bâtiments, public ou privé, est l'occasion d'encourager la rénovation énergétique, notamment dans l’habitat. Isolation thermique des façades et des toitures, remplacement des menuiseries pour poser du double vitrage, installation de systèmes énergétiques performants, modernisation de l'éclairage, les possibilités d'agir pour un meilleur confort thermique et une réduction des dépenses d'énergie ne manquent pas. Pour certains travaux de rénovation énergétique, c'est aussi l'occasion pour les collectivités de s’inscrire dans le cadre du dispositif des Certificats d’économie d’énergie (CEE).

Favoriser l’accessibilité et les mobilités, c'est aussi développer les transports collectifs et les mobilités douces, non émettrices de gaz à effet de serre. Des mesures au service de la mobilité électrique (parkings avec bornes de recharge électrique par exemple) permettent d'apaiser la circulation en centre-ville, tout en soutenant l'attractivité des cœurs de villes moyennes. Enfin, pour mettre en valeur l'espace public et le patrimoine, des solutions d'éclairage public intelligent existent, utilisant des sources lumineuses gérées de façon à économiser l'énergie tout en respectant le confort des usagers.
 

Un outil au service des villes moyennes : Réinventons nos cœurs de ville

Dans le cadre du plan Action cœur de ville, le gouvernement a lancé en 2019 l'opération Réinventons nos cœurs de ville. L'objectif est d'accompagner les villes moyennes lauréates dans la réalisation d'un appel à projets urbain innovant en centre-ville. Chaque appel à projet local se doit de favoriser la transition écologique et l'inclusion sociale, et de valoriser le patrimoine architectural, paysager et urbain.

Parmi les 222 villes moyennes, 54 ont pu bénéficier de ce soutien pour lancer leur appel à projets et 57 ont été retenues pour un accompagnement préparatoire. Les sites et les objectifs proposés à la consultation sont très divers : réhabilitation d'anciennes usines, écoles, bâtiments communaux ou hôpitaux par exemple. Mais qu'il s'agisse de rénover ou de reconstruire , la dimension énergétique reste essentielle. Certains appels à projets peuvent faire figurer une exigence en termes d'étiquette énergétique par exemple.

Pour aller plus loin :

Avec Centre-Ville en Mouvement, EDF contribue au dynamisme des villes moyennes

EDF et Centre-Ville en Mouvement confirment leur partenariat pour contribuer au renouveau des cœurs de ville, transversale énergie à l’appui.

Investir pour l’innovation urbaine en cœur de ville

Acteur phare du projet Cœur de ville, la Banque des Territoires a été créée en 2018 par la Caisse des Dépôts et Consignations. Interview de Gisèle Rossat-Mignod, directrice du réseau de la Banque des Territoires.

MyBus utilise l’open data pour développer la mobilité urbaine

L’application MyBus exploite la data pour faciliter l’accès aux transports urbains et faire de la mobilité urbaine un élément clé de la smart city.