Tendances et marché de l'énergie

Consommation d’électricité : une baisse significative en 2023

En France, la consommation d’électricité a diminué de manière significative en 2023. Elle a en effet baissé de 3,2% en un an, pour atteindre entre 439 et 445 térawattheures. Il s’agit du niveau le plus bas observé depuis 2002. Selon Thomas Veyrenc, directeur général du pôle économie, stratégie et finances du Réseau de Transport de l’Électricité, cette tendance « semble ancrée dans les habitudes et pourrait, en se pérennisant, constituer un levier pour atteindre les objectifs de décarbonation et de souveraineté ». Cette baisse est notamment attribuée à une persistance dans les efforts visant à réaliser des économies d’énergie, ainsi qu’à une diminution de la consommation dans les secteurs les plus énergivores. Par ailleurs, la production d’électricité a augmenté de 11% en un an, atteignant 494 TWh, grâce, notamment, à une hausse des productions d’énergies renouvelables.

actu-environnement.com - Publié le 08/02/2024

Panorama 2023 : les énergies renouvelables progressent dans la production de chaleur en France

Le panorama de la chaleur renouvelable et de récupération pour l’année 2023, publié le 9 février 2024 en partenariat avec l’Agence de la transition écologique (ADEME), met en lumière une augmentation constante de la part des énergies renouvelables dans la production de chaleur en France métropolitaine : 13,3% en 2008, 18% en 2014, 22,3% en 2021 et 27,2% en 2022. Cette production englobe divers usages tels que le chauffage, l’eau chaude sanitaire et les procédés industriels. Les sources renouvelables et de récupération disponibles en France sont variées, incluant la biomasse, l’énergie géothermique, la chaleur résiduelle récupérée dans les usines ou encore la chaleur de l’air ambiant. En 2022, le bois demeure le principal contributeur à la production d’énergie renouvelable, fournissant 63% de la production totale, suivi des pompes à chaleur (22,9%), du gaz renouvelable (5,3%), de la valorisation des déchets (3,5%), de la géothermie de surface (2,7%), de la géothermie profonde (1,2%) et de la chaleur solaire (0,9%). Les acteurs du secteur appellent à des décisions politiques audacieuses pour décarboner la chaleur, avec des objectifs nationaux ambitieux et des moyens financiers et humains renforcés. Ils souhaitent que la future stratégie française, en matière d’énergie et de climat, fixe un objectif de 55% de chaleur consommée d’origine renouvelable et de récupération d’ici 2030, avec comme objectif d’atteindre près de 100% d’ici 2050. Ils ambitionnent une production de chaleur renouvelable et de récupération qui puisse atteindre au moins 310 TWh d’ici 2030, contre 170 en 2022. En ce sens, ils souhaitent une augmentation du Fonds Chaleur à un milliard d’euros par an dès 2024, ainsi que l’établissement d’une trajectoire pour accroître les aides aux travaux, comme MaPrimeRénov’ et les Certificats d’Économies d’Énergie.

lavoixdunord.fr - Publié le 09/02/2024

Toute l'actualité du marché de l'énergie

Voir toutes les revues de presse