Tendances et marché de l'énergie

Climat : le ministre Bruno Le Maire soutient les énergies renouvelables au Parlement

Le transfert du portefeuille Énergie au ministère de l'Économie et de l'Industrie soulève de nombreuses interrogations concernant la politique énergétique et climatique du nouveau Gouvernement. S'adressant au Parlement le 17 janvier 2024, le ministre de l'Économie et de l'Industrie, Bruno Le Maire, a exprimé sa ferme détermination à accélérer les transitions climatiques dans le cadre de ses nouvelles fonctions. Il a également souligné son engagement envers l'efficacité énergétique et a promis de renforcer le développement des énergies renouvelables. Parallèlement, le Gouvernement est en train de réviser le projet de loi sur la Souveraineté énergétique. Les objectifs précédemment fixés dans le code de l'énergie pour la part d'énergies renouvelables dans la consommation finale et pour le développement de la production renouvelable ne seraient plus supprimés par la loi. Bercy justifie ce choix en soutenant qu'il est essentiel de « prendre davantage de temps pour trouver le juste équilibre entre les différents leviers de notre politique énergétique pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et ce qui doit relever de la loi ou ce qui doit plutôt s'inscrire dans la programmation sur l'énergie et le climat, au niveau réglementaire ». Par conséquent, le texte pourrait encore subir des modifications avant sa présentation officielle en Conseil des ministres prévue début février 2024.

actu-environnement.com - Publié le 17/01/2024

Énergie solaire en France : une croissance « historique » en 2023

Lors de la publication, le 25 janvier 2024, du baromètre 2023 des énergies électriques renouvelables par Observ'er, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et l'Agence de la transition écologique (Ademe), Frédéric Tuillé, responsable des études d'Observ'er, a indiqué que le secteur photovoltaïque reste le principal moteur de la filière électrique renouvelable. En 2023, une capacité supplémentaire de 4,5 gigawatts (GW) a été connectée en France, dont près de 3 GW provenant de l'énergie solaire. L'autoconsommation individuelle connaît une croissance « historique », représentant 48% des installations. Ce changement de dynamique a commencé en 2021 et permet au photovoltaïque d'atteindre les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour 2028. Ces objectifs devraient être augmentés pour atteindre 40% d'énergies renouvelables dans la consommation électrique en 2030. Le projet de PPE prévoit une accélération du solaire avant 2030, pour atteindre entre 54 et 60 GW installés, contre 20 GW à la fin de 2023.

actu-environnement.com - Publié le 26/01/2024

MaPrimeRénov' : diminution du nombre de passoires énergétiques de 7% entre 2022 et 2023

Le rapport annuel de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) révèle qu’en 2023, l’aide MaPrimeRénov' a permis la rénovation énergétique de 569 243 logements. Le nombre de rénovations globales a augmenté de 12,5%, avec 71 613 rénovations, dont 30 167 en copropriété. Ces rénovations ont mobilisé 2,74 milliards d’euros de financement public MaPrimeRénov', avec un montant moyen d’aide de 3 864 euros par logement. Par ailleurs, le nombre de « passoires énergétiques » a diminué de 7% entre 2022 et 2023, rapporte l’Observatoire national de la rénovation énergétique. Depuis janvier 2024, MaPrimeRénov’ se concentre sur le financement des travaux d’ampleur avec un gain minimum de deux classes du diagnostic de performance énergétique (DPE), assorti d’un accompagnement obligatoire. Dans ce contexte, les plafonds de travaux éligibles et les taux de financement ont été relevés à la hausse, surtout pour les ménages très modestes. En 2023, l’Anah a, en outre, contribué à la rénovation de 26 227 logements via le programme Habiter Facile, rebaptisé récemment MaPrimeAdapt'. Elle a également attribué 186,2 millions d’euros pour soutenir la rénovation de 13 394 logements très dégradés. Pour 2024, l’Anah ambitionne d’atteindre 200 000 rénovations d’envergure et de financer la décarbonation de 500 000 logements grâce à MaPrimeRénov’.

actu-environnement.com - Publié le 25/01/2024

Enquête : les Français souhaitent être davantage accompagnés dans leurs travaux, selon l’ANIL

Entre mai et juillet 2023, l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) a mené une enquête auprès de 3 000 foyers afin d’évaluer l’intérêt des Français pour la rénovation énergétique des logements. Les résultats de cette enquête ont été rendus publics en décembre 2023. Ils révèlent que, bien que la rénovation énergétique soit une priorité gouvernementale, les citoyens ont besoin d’être davantage incités et accompagnés pour passer à l’action. Parmi les répondants, 36% seulement connaissaient la classe énergétique de leur logement, tandis que 78% des propriétaires de maisons individuelles estimaient être sensibilisés à la rénovation énergétique. L’Anil analyse ces chiffres par le fait que « la réalisation du diagnostic de performance énergétique (DPE) reste associée à un acte administratif, qui porte une obligation ». Selon l’enquête, 54% des participants ont déclaré avoir déjà réalisé des travaux de rénovation, et 36% ont l’intention de le faire. Les propriétaires occupants étaient les plus enclins à entreprendre des actions, avec 73% optant pour des gestes multiples tels que l’isolation de toiture et l’installation de pompes à chaleur. En ce qui concerne les bailleurs, 42% ont effectué des travaux d’amélioration. L’ANIL relève que près de deux tiers des personnes ayant réalisé des travaux, que ce soit dans leur résidence principale ou leur logement locatif, expriment le besoin d’être accompagnés. Cette constatation souligne l’importance cruciale de l’accompagnement, désormais rendu obligatoire dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’.

20minutes.fr - Publié le 23/01/2024

Toute l'actualité du marché de l'énergie

Voir toutes les revues de presse