Eolien en mer

L’éolien en mer une technologie de pointe

Les éoliennes en mer représentent un moyen de production d’énergie sans émission de CO2 dont les capacités sont encore largement à exploiter. De plus grandes tailles que leurs consœurs terrestres, elles ont un rendement meilleur qu’à terre car le vent y est plus puissant et régulier. Principalement exploité au large des côtes anglaises, danoises, belges et allemandes, l’éolien en mer se développe aujourd’hui en France. EDF Energies Nouvelles, filiale d’EDF, est présent dans trois projets de parcs en mer en France actuellement en développement. Le Groupe exploite également deux parcs à l’étranger : Teesside au Royaume Uni et C-Power en Belgique.

La France dispose du 2ème gisement éolien d’Europe

Les éoliennes en mer ne sont pas une simple adaptation d’éoliennes terrestre. Elles constituent des technologies renouvelables de pointe, spécifiquement conçues pour un milieu marin très exigeant. Plus puissantes que leurs homologues terrestres, les éoliennes en mer bénéficient de vents plus forts et plus réguliers. Cette puissance leur permet de fonctionner, à vitesse nominale et suivant les sites, plus souvent qu’à terre, améliorant ainsi la productivité.

Rendement et productivité

Deux technologies permettent aujourd’hui d’exploiter l’énergie du vent en mer :

  • l’éolien en mer "posé". Il s’agit d’éoliennes ancrées dans les fonds marins. Cette technologie nécessite d’installer le parc éolien en eau peu ou moyennement profonde (5 à 40 mètres de profondeur)
  • l’éolien en mer flottant. Il s’agit d’éoliennes reposant sur des flotteurs ancrés au fond marin au moyen de câbles. Cette technologie simplifie l’installation et permet de s’éloigner des côtes

 

2300
éoliennes en mer installées en Europe
240
éoliennes en mer en développement par EDF Energies Nouvelles en France
6 000 MW
en potentiel en France
7000
emplois créés par les projets français d’EDF

La France a lancé des appels d’offres en matière d’éolien en mer, afin d’atteindre un objectif de 6 000 MW à l’horizon 2020. Sur les deux premiers appels d’offres, EDF, via sa filiale dédiée EDF Energies Nouvelles, a remporté trois sites :

  • Fécamp (Seine-Maritime, puissance 498 MW). Un projet de 83 éoliennes en mer à plus de 13 km des côtes. La production envisagée permettra de couvrir la consommation électrique moyenne de 770 000 habitants
  • Courseulles-sur-Mer (Calvados, puissance 450 MW). 75 éoliennes à plus de 10 km des côtes permettront de couvrir la consommation électrique moyenne de 630 000 personnes
  • Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, puissance 480 MW) : 80 éoliennes à plus de 12 km des côtes pouvant couvrir la consommation électrique moyenne de 700 000 habitants

Pour ces trois projets, Alstom installera son éolienne Haliade 150 de 6 MW fabriquée en France. Le consortium s’est engagé à créer une filière industrielle éolienne française, pérenne, compétitive et créatrice d’emplois.

Découvrez la filière éolienne d'EDF

voir le site

En savoir plus sur le parc de Fécamp

voir le site

En savoir plus sur le parc du Calvados

voir le site

En savoir plus sur le parc de Saint Nazaire

voir le site
A VOIR AUSSI
Haut de page