Tous les poissons effectuent des déplacements dans les cours d’eau à la recherche de nourriture, d’abris ou de zones de reproduction. Soucieux de préserver la vie piscicole, EDF a construit une « passe à poissons » permettant aux poissons de contourner le barrage de Jons-Niévroz. Grâce à cet aménagement, le barrage ne constitue plus un obstacle pour les poissons qui peuvent circuler librement sur cette partie du Rhône.

L’ouvrage se présente sous la forme d’une véritable rivière artificielle longue de 300 mètres et composée de 32 petits bassins qui permettent aux poissons de franchir, par étapes, les 6 mètres de dénivelé qui séparent les canaux de Miribel et de Jonage. Les poissons peuvent circuler librement dans les deux sens, à la montaison comme à la dévalaison.

La rivière artificielle est « universelle » : elle a été conçue pour permettre le passage de tous types de poissons, qu’il s’agisse de migrateurs ou de poissons de fond à faible capacité de nage. La rivière artificielle traverse un boisement situé dans la zone Natura 2000 de l’île de Miribel Jonage, et doit donc respecter des préconisations spécifiques pour présenter un aspect naturel et s’intégrer dans un environnement protégé. Sa construction fait d’ailleurs l’objet d’une « fiche action » du Document d’objectifs du site.

Un dispositif de suivi unique sur le Rhône

Afin d’évaluer l’efficacité de l’ouvrage, un système de suivi par vidéo a été mis en place dans un local vitré permettant de visualiser le passage des poissons. Une caméra enregistre des images qui sont récupérées et traitées par la Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique du Rhône (FDAAPPMA69).

Ce suivi permet de connaître avec précision les espèces et le nombre de poissons qui empruntent la rivière artificielle. Il est ainsi possible de vérifier l’efficacité du système. C’est également un outil précieux pour acquérir des connaissances à long terme sur la composition et l’évolution des populations de poissons du Rhône, très complexes à étudier dans un grand fleuve.

  • 300
    mètres
    de long
  • 10
    mètres
    de large
  • 32
    bassins
  • 3,9
    millions
    d’euros investis, financés à 50 % par l’Agence de l’Eau, 30 % par EDF et 20 % par l’Union Européenne