Le 15 décembre 2010, la concession de l’aménagement hydroélectrique de Kembs (80% française et 20% Suisse) a été renouvelée à EDF pour une période courant jusqu’au 31 décembre 2035. Dans ce cadre, les chercheurs et ingénieurs d’EDF ont mené un projet conçu comme un aménagement global créant de la valeur dans le domaine industriel (production d’électricité renouvelable, navigation), environnemental (réactivation de fonctions naturelles) et sociétal (dialogue fort avec les parties prenantes). Cet aménagement a été mis en service en 2016.

Le projet environnemental de Kembs est un projet exceptionnel et unique en Europe. Il s’inscrit dans la contribution d’EDF à la Stratégie Nationale pour la biodiversité et s’articule autour de 5 mesures innovantes :

  1. L’augmentation significative dans le Vieux-Rhin du débit minimum nécessaire à la vie aquatique pour l’adapter aux besoins biologiques du cours d’eau : passage de 20 m3/s à 52 m3/s pour la période hivernale, et jusqu’à 150 m3/s l’été.
  2. La construction d’une nouvelle centrale hydroélectrique près du barrage de Kembs. Equipée de 2 turbines à axe horizontal d’une puissance 4,2 MW chacune (soit 8,4 MW de puissance installée totale) elle peut délivrer sur le réseau près de 28 millions de kWh par an d’énergie renouvelable, sans émission de CO2, soit l’équivalent de la consommation électrique de 10 000 foyers sur une année.
  3. La renaturation de plus de 100 hectares de parcelle agricole sur l’île du Rhin, incluant la restauration d’un ancien bras du Rhin, long de 7 km. Après un an et demi de travaux, le « petit Rhin » coule désormais au cœur de la réserve naturelle de la Petite Camargue Alsacienne. Ce projet favorise le retour à des paysages emblématiques de l’Alsace et de la biodiversité.
  4. Le rétablissement des apports naturels de graviers dans le fleuve grâce à la destruction de la « digue de Tulla » en rive française et l’injection dans le fleuve d’excédents de graviers issus du chantier de la nouvelle centrale.
  5. La réalisation d’ouvrages permettant le passage d’animaux : deux passes à poissons connectent le Vieux-Rhin et son nouveau bras à la Suisse ; et une passe à castors.

Un suivi environnemental systématique mis en place sur le long terme permet de vérifier la bonne atteinte des objectifs assignés aux différentes parties du projet.

Le saviez-vous ?

Cette centrale est appelée Centrale K,

K comme Kraft, « force » en allemand et en alsacien, force que la centrale tire de l’énergie de l’eau pour produire de l’électricité, tout en alimentant en eau l’environnement naturel.

K comme la lettre formée par le Rhin en amont, le Petit-Rhin et le Grand Canal d’Alsace en aval, lorsqu’ils se rejoignent à la centrale

K comme Koechlin, René Koechlin étant à l’origine du Grand Canal d’alsace et de la production d’hydroélectricité sur le Rhin

Bienvenue sur l'ile du Rhin

Foire aux questions

Information

Oui. Cependant, même s’il est agréable de se promener au bord du Rhin ou dans les iles en toute saison, la prudence reste de mise. Respectez impérativement la signalisation aux bords des cours d’eau !

Des panneaux explicatifs EDF ont été installés aux abord des usines, écluses ou passes à poissons. Ils renseignent le promeneur sur l’hydroélectricité, l’histoire du Rhin, de la navigation, sur les poissons…

Une montée rapide du niveau de l'eau et du courant peut survenir à tout moment, en toute saison et sans avertissement sonore. De nombreux endroits sont interdits à la baignade et autres activités nautiques.

Découvrez notre espace dédié à la sécurité hydraulique.

 

Information

EDF mène de nombreuses actions pour que production d’énergie rime avec protection des milieux naturels. Les projets relatifs à la biodiversité sont développés en partenariat avec les acteurs environnementaux locaux, comme l’association Saumon Rhin, la Petite Camargue Alsacienne, le Conservatoire des Sites Alsaciens, les Fédérations de Pêche, l’Office Français de la Biodiversité, la Ligue pour la Protection des Oiseaux ou encore l’Eurométropole de Strasbourg.

Information

EDF s’engage aux côtés des pouvoirs publics et accueille sur ses terrains des réserves naturelles - l’île du Rohrschollen, l’île de Rhinau ou encore la Petite Camargue Alsacienne - ainsi qu’une réserve de chasse et de faune sauvage.

Plusieurs centaines d’hectares sur l’île du Rhin ont également été mis à disposition du Conservatoire des Sites Alsaciens. Des opérations de renaturation écologiques permettent aussi de recréer des espaces de vie.