Retour à l'accueil de la centrale

Janvier
1 événement significatif lié au domaine de la sûreté, de niveau 0 (échelle INES), commun à plusieurs centrales et sans conséquence sur la sûreté des installations, a été déclaré en janvier 2021 par la direction de la centrale de Saint-Laurent à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Evénement déclaré le 12 janvier : " Absence de précision relative à la limite de pression du circuit primaire pour l’une des phases de remontée en puissance dans les spécifications techniques d’exploitation des réacteurs des paliers 900 et 1300MWe "
Il a été constaté dans la documentation associée à l’une des phases de remontée en puissance, que lorsque  la pression primaire est pilotée en automatique, la plage de pression documentée dans les spécifications techniques d’exploitation pouvait être vue comme plus restrictive que la plage retenue et validée par les études de sûreté.
Il n’y a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté dans la mesure où, les études de sûreté prennent bien en compte les plages de pression de la régulation et que ces plages sont en bien deçà des seuils d’alarme et de protection automatique du réacteur. EDF procède donc à une mise à jour de la documentation des spécifications techniques d’exploitation en cohérence avec les études de sûreté pour les réacteurs 900 et 1300 MWe. En raison de cette imprécision documentaire, EDF a déclaré le 15 janvier 2020 un événement significatif de sûreté au niveau 0  de l’échelle INES qui en compte 7 pour l’ensemble des réacteurs de 900 et 1300MWe à l’Autorité de sûreté nucléaire
 
 * réacteurs de Bugey, Blayais, Chinon, Cruas-Meysse,  Dampierre-en-Burly, Gravelines, Saint-Laurent-des-Eaux et au Tricastin
** réacteurs de Flamanville, Paluel, Saint-Alban, Belleville, Cattenom, Golfech, Nogent-sur-Seine et Penly

Février
4 événements significatifs liés au domaine de la sûreté dont un commun à plusieurs centrales, tous de niveau 0 (échelle INES) et sans conséquence sur la sûreté des installations, ont été déclarés en février 2021 par la direction de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). 

Evénement commun déclaré le 4 février 
Afin de déterminer la capacité des réacteurs à fonctionner à puissance réduite dans la durée, les équipes d’EDF utilisent un outil de calcul qui précise les possibilités et durées autorisées de ce type de fonctionnement. Cet outil propose à l’utilisateur de saisir les différents paliers de puissance et calcule la capacité à fonctionner à basse charge en cohérence avec les Spécifications techniques d’exploitation (STE). En 2020, EDF identifie que l’application ne propose pas la saisie d’une valeur entrant en compte dans le calcul des modalités de suivi du fonctionnement à puissance. Une modification de l’application a été immédiatement faite permettant  la bonne prise en compte de la valeur.  Il n’y a eu aucun impact réel sur la sûreté. Toutefois, une utilisation de l’application avec cette anomalie  aurait pu conduire à fonctionner à puissance réduite sur un nombre de jours plus important que celui autorisé par les STE. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire pour les réacteurs de Blayais, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines, Saint-Laurent et Tricastin, au niveau 0 sous l’échelle INES qui en compte 7.

Le 18 février, le site de Saint-Laurent a déclaré un second événement en lien avec cet outil suite à un défaut de paramétrage en local. L'outil a été conformément remis en configuration dès la détection du défaut. 

Evénement déclaré le 10 février
Dans le cadre d’opérations de maintenance sur des ventilateurs situés en zone contrôlée, la montée en température d’un local amène l’équipe de conduite intervenante à ouvrir les portes afin de maîtriser cette montée en température. L’effet attendu est immédiat mais cette ouverture de porte a altéré le fonctionnement du confinement nécessaire en salle de commande en cas de situation incidentelle. L’événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté et dès sa détection, le système a été remis en service.

Evénement déclaré le 22 février
Le site a déclaré un événement suite à la détection, au sein du bâtiment électrique, d'un capteur déconnecté. Ce capteur a été immédiatement reconnecté pour permettre aux opérateurs en salle de commande de contrôler correctement le volume d'eau du circuit primaire.