Retour à l'accueil de la centrale

8 événements significatifs liés au domaine de la sûreté ont été déclarés par la direction de la centrale de Saint-Laurent à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en décembre 2021. Ils ont tous été classés au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.
 

  • Evénement déclaré le 2 décembre (niveau 0)

En amont du redémarrage de l’unité de production n°1 en visite partielle depuis juillet 2021, des essais physiques sont réalisés pour vérifier l’état du réacteur. Au cours de cette activité, les équipes constatent un dysfonctionnement d’un appareil de surveillance radiologique. Les branchements ont été repris et vérifiés pour permettre le bon fonctionnement de l’appareil. Les autres appareils sont restés disponibles et permettaient d’assurer la surveillance en continue. Les essais ont pu reprendre et se sont avérés conformes.
 

  • Evénement déclaré le 15 décembre (niveau 0)

Un événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à la suite du dépassement du délai de réparation (3 jours) d’une tuyauterie du circuit de protection incendie. Pour permettre de retrouver la disponibilité totale du réseau incendie, une soudure a dû être reprise au-delà du délai autorisé. Cet événement n’a eu aucune conséquence et des mesures compensatoires avaient été mises en place durant toute la durée des travaux.
 

  • Evénement déclaré le 17 décembre (niveau 0)

Dans le cadre de relevés effectués au niveau de la turbine de l’unité de production n°1, une erreur de calcul a engendré une baisse de puissance de la production (passage de 100% à 97%), associée à une température du circuit atteinte de 305,89°C pour une valeur limite autorisée de 305,4°C. Cet événement n’a aucune importance d’un point de vue de la sûreté. Il a été classé au niveau 0 de l’échelle INES étant donné le faible dépassement de la limite (+0,47°C) sur une courte durée (2 minutes et 16 secondes). La détection et les actions des opérateurs depuis la salle de commande ont permis de revenir à la situation technique conforme.
 

  • Evénement déclaré le 24 décembre (niveau 0)

Cet été, au cours de l’arrêt pour maintenance de l’unité de production n°1 (visite partielle), le site a constaté un écart sur 4 supports de tuyauteries du système d’aspersion d’eau du bâtiment réacteur. En octobre, toujours dans le cadre de l’arrêt, un contrôle général des supports des tuyauteries auxiliaires du circuit primaire principal a permis de détecter des écarts sur le supportage d’autres matériels. Le retour d’analyse a indiqué que la tenue de ces matériels n’aurait pas été garantie en cas de séisme. Toutes les anomalies avaient été réparées au cours de la visite partielle.
 

  • Evénements déclarés le 31 décembre (tous de niveau 0)

Un événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire suite à un défaut d’assurance-qualité dans le cadre de la réparation de deux écarts constatés sur des supports de matériels (cf. déclaration du 24 décembre). Les supports de tuyauteries du circuit d’huile ont été fixés par des colliers bloqués alors que des colliers glissants étaient attendus. Ces constats relevés par l’ASN ont été traités par le site.

L’unité de production n°2 s’est automatiquement mise en configuration d’îlotage, à la suite de l’apparition d’un défaut sur la ligne d’évacuation de l’électricité à l’extérieur du site. L’îlotage consiste à isoler le réacteur du réseau électrique externe, tout en le maintenant en puissance. Il ne produit alors, par l’intermédiaire de son alternateur, que l’énergie électrique nécessaire à son fonctionnement dans un état sûr. Les équipes ont pu reconnecter l’unité au réseau l’après-midi après le remplacement par RTE d’une carte électronique défaillante au niveau du poste de transformation électrique.

L’unité de production n°1 s’est arrêtée conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur suite à la fermeture d’une vanne d’alimentation en eau d’un générateur de vapeur. Les investigations et contrôles menés par les équipes de la centrale ont amené à remplacer de manière préventive les principaux composants de régulation de la vanne concernée, avant le redémarrage de l’unité de production en toute sûreté.

Un événement a été déclaré à l’ASN suite à la détection en zone contrôlée de sectorisations incendie qui ne respectent pas les exigences attendues aujourd’hui. Des siphons de sol doivent être installés en lieu et place d’avaloirs de sol.

2 événements significatifs liés au domaine de la radioprotection ont été déclarés par la direction de la centrale de Saint-Laurent à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en décembre 2021.
 

  • Evénement déclaré le 22 décembre (niveau 0) – Saint-Laurent A, site en déconstruction

Des contrôles menés par le service de santé au travail de la centrale ont permis d’analyser la contamination interne détectée pour 6 salariés qui intervenaient sur un même chantier de la centrale en déconstruction (Saint-Laurent A). Ces analyses ont permis de confirmer l’élimination totale des radioéléments absorbés par les intervenants. Cet événement n’a pas de conséquence sur la santé des salariés et aucune contamination n’a dépassé 0,5 millisievert (mSv).*

* la limite règlementaire par personne sur une année est de 20 millisievert.
 

  • Evénement déclaré le 23 décembre (niveau 0)

Lors de chaque accès en zone nucléaire dite « zone contrôlée », les travailleurs disposent de deux appareils pour mesurer en continu et en permanence le rayonnement auquel ils sont exposés. Un dosimètre opérationnel mesure et affiche la dose reçue en temps réel et un autre dosimètre passif nominatif, servant de référence, enregistre les doses qui sont comptabilisées chaque mois. Alors qu’il intervenait sur un chantier situé dans le bâtiment combustible de l’unité de production n°2, un intervenant s’est rendu compte qu’il n’avait pas sur lui son appareil de mesure radiologique (dosimètre). L’intervenant a alors quitté le chantier et son appareil a été retrouvé près du vestiaire d’entrée en zone contrôlée. Cet oubli n’a pas eu de conséquence au regard de la dosimétrie enregistrée par ses collègues présents sur le même chantier.