Retour à l'accueil de la centrale

3 événements significatifs liés au domaine de la sûreté (de niveau 0 sur l’échelle INES), dont un générique à plusieurs centrales du parc nucléaire français, ont été déclarés en août 2021 par la direction de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). 

  • Evénement déclaré le 3 août (niveau 0)

La préparation d’un contrôle hydraulique sur des réservoirs d’eau du circuit de refroidissement du bâtiment réacteur de l’unité de production n°2 a été interrompue suite au déclenchement fortuit d’une pompe. Les expertises ont permis de déterminer qu’une vanne en position fermée était à l’origine du dysfonctionnement de cette pompe. La conduite à tenir a été respectée et le contrôle a pu reprendre suite à la remise en conformité de la vanne.

  • Evénement déclaré le 5 août (générique de niveau 0)

Chaque centrale nucléaire réalise régulièrement des essais périodiques afin de s’assurer du bon fonctionnement des matériels. Plusieurs automatismes du système de réfrigération intermédiaire (RRI)*, font l’objet d’essais périodiques tous les 5 cycles de renouvellement du combustible. Les conditions de réalisation de ces essais sont définies au sein d’une gamme d’essais périodiques, élaborée sur la base des règles générales d’exploitation des réacteurs. Lors de la réalisation de ces essais sur les sites de Saint-Laurent-des-Eaux et de Chinon, deux alarmes, signalant la perte totale d’une ou plusieurs informations relatives au circuit RRI, apparaissent simultanément durant 25 secondes. L’apparition de ces alarmes représente un non-respect des règles générales d’exploitation. A la suite de cet événement, une analyse des gammes d’essais a révélé que le mode opératoire lié aux contrôles des automatismes du système RRI était incomplet. Les contrôles non réalisés auraient dû constituer de nouveaux essais. La programmation de ces essais n’a ainsi pas été respectée sur les sites de Dampierre, Gravelines et du Tricastin. Depuis, ces essais ont été réalisés et n'ont pas montré d'écart. Ainsi ces événements n’ont pas eu de conséquences réelles sur la sûreté des installations. Toutefois, en raison des écarts constatés lors des essais et du défaut de déclinaison documentaire du mode opératoire des règles d’essais, EDF a déclaré le 5 août 2021, à l’Autorité de sûreté nucléaire, un événement significatif pour la sûreté à caractère générique pour les centrales nucléaire du palier 900 MW** au niveau 0 en-dessous de l’échelle INES, qui en compte 7.
* Le circuit RRI permet d’assurer l’alimentation des réfrigérants de l’îlot nucléaire, à travers notamment des échangeurs de chaleur alimentés par de l’eau en provenance de la source froide.
** Le palier 900 MW comprend 32 réacteurs, répartis sur les sites de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines, Saint-Laurent, Tricastin.

  • Evénement déclaré le 10 août (niveau 0)

Le bâtiment des auxiliaires nucléaires dispose d’un pupitre de contrôle commande pour exploiter des matériels. Suite à des éclaboussures sur ce pupitre, une alarme se déclenche indiquant un défaut d’isolement électrique. Après séchage et contrôle du pupitre, l’installation est de nouveau conforme.

3 événements significatifs liés au domaine de la radioprotection, (2 de niveau 0 et 1 de niveau 1 sur l’échelle INES) et sans conséquence sur la santé des salariés, ont été déclarés en août 2021 par la direction de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). 

  • Evénement déclaré le 2 août (niveau 1)

Jeudi 29 juillet, une équipe intervient sur un robinet situé dans le bâtiment réacteur (zone nucléaire) de l’unité de production n°1, actuellement en arrêt programmé pour maintenance et rechargement du combustible. Lors de son contrôle radiologique, une trace de contamination corporelle externe* est détectée sur le visage du chargé de travaux. L’intervenant a été immédiatement pris en charge par le service de radioprotection de la centrale, qui a retiré complètement la poussière à l’origine de la contamination. Il a pu ensuite regagner son domicile et le chantier a été suspendu afin de décontaminer le local. Les analyses ont permis de déterminer que l’exposition à laquelle le salarié a été soumis est inférieure à la dose peau annuelle réglementaire de 500 mSv, mais dépasse le quart de cette limite. Ce niveau d’exposition ne justifie pas de traitement médical. Cet événement significatif pour la radioprotection a été déclaré le 2 août 2021 par la direction de la centrale de Saint-Laurent à l’Autorité de sûreté nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.
 * Il y a contamination externe lorsque des particules radioactives sont déposées sur la peau ou sur les vêtements sans avoir pénétré dans le corps. Elle est éliminée par déshabillage ou par nettoyage à l’eau de la zone exposée.

  • Evénement déclaré le 4 août (niveau 0)

Dans le cadre de la visite partielle de l’unité de production n°1, un contrôle de l’état d’une tuyauterie est réalisé par tir radiographique alors que le balisage mis en place pour l’opération n’était pas suffisamment sécurisé. Cet événement n’a eu aucune conséquence mais il a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire car un éventuel accès involontaire d’un salarié dans la zone d’opération du tir radiographique aurait pu lui engendrer une surexposition radiologique. 

  • Evénement déclaré le 25 août (niveau 0)

Un événement significatif radioprotection a été déclaré suite à la découverte à trois reprises de dégradations de scellés sur une porte d’un local classé en zone contrôlée.