Retour à l'accueil de la centrale

Arrivée en France il y a moins de 20 ans, Paola, d’origine Colombienne, ne manque pas de dynamisme et d’enthousiasme face à ses nouvelles fonctions, comme en témoigne son parcours professionnel. Cette jeune ingénieure a rejoint la centrale de Saint-Alban Saint-Maurice le 1er août 2022 et a en charge la poursuite du déploiement du programme sécuritaire, son successeur étant parti sur d’autres missions en région parisienne. Parcours étonnant, riche et varié…Paola nous invite au voyage.

Paola, peux-tu nous décrire ton parcours professionnel ?

Avant de vous décrire mon parcours professionnel, il faut que je vous parle de mon arrivée en France. Je suis d’origine Colombienne, j’ai quitté mon pays en 2005 pour suivre mes études d’ingénieur à Strasbourg. J'avais choisi comme spécialité la gestion et la valorisation des déchets industriels. En Colombie, quand j’ai annoncé mon départ pour la France, tout le monde était très heureux pour moi. J’allais entrer dans une école prestigieuse … Mais quel choc en arrivant à Strasbourg ! Le froid, la neige, la cuisine et la langue … je ne parlais pas un mot de français ! J’ai donc dû m’adapter à beaucoup de choses. Finalement, je suis restée 6 ans en Alsace, preuve que tout n’a pas été insurmontable et que je me suis beaucoup plu dans cette belle région !

En octobre 2012, j’ai fait mes premiers pas chez EDF au sein de la centrale de Blayais (Gironde) en tant que préparateur déchets conventionnels et nucléaires, puis chargée d’affaires. Ce premier poste restera une belle expérience, entre le terrain qui me passionne et la gestion des affaires et des partenaires, j’étais comblée.

Une nouvelle opportunité s’est présentée à moi, sur le site de Blayais toujours, mais dans un tout autre domaine : celui de la finance ! Rien ne m’effraie et surtout pas la nouveauté, une vraie source de motivation pour moi. Alors me voilà nommée contrôleur de gestion sur les arrêts programmés pour maintenance.

10 ans se sont écoulés sur le site du Blayais, dix années pleines de défis professionnels mais également personnels car c’est ce qui me fait avancer chaque jour …

 Comment es-tu arrivée à Saint-Alban sur le poste d’ingénieur PS ?

Tout est possible dans notre entreprise ! Un objectif professionnel clair, un manager qui vous aide à concrétiser vos envies et c’est gagné…. L’environnement, la finance, la sécurité des installations, l’optique d’une carrière à l’international ne me quittent pas. Mais pour l’instant, j’ajoute une corde à mon arc. J’arrive à Saint-Alban, heureuse et confiante sur un poste où les attentes sont nombreuses.

Saint-Alban bénéficie de bases solides dans le domaine sécuritaire. Nos résultats sont très bons. Les exigences et les attentes du Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité sont nombreuses et des challenges importants nous attendent sur 2023.

Heureusement, je suis arrivée dans un service bienveillant et j’ai pu compter sur l’accompagnement de Cédric, mon prédécesseur,! Julien, mon chef de service, m’a également très bien accueillie et conseillée, ainsi que tous mes collègues de la section.

Chacune de tes aventures professionnelles semble assez « facile » ! Quel est ton secret pour appréhender si sereinement des métiers aussi différents ?

C’est vrai, je change de région, de métier…C’est un changement pour moi mais également pour ma famille. Mais je crois que cela fait partie de ma nature. Tout est possible dans la vie que ce soit professionnellement ou personnellement. L’adage, « à chaque problème, sa solution » raisonne en moi. Tout changement amène du bon, même si au départ, on ne s’en rend pas forcément compte…L’ambition, la découverte, le challenge, les échanges sont vraiment des moteurs pour moi dans ma vie de tous les jours.​​​​​​

Quitter toute ma famille en Colombie n’a pas été simple mais je suis très heureuse de ma vie aujourd’hui en France. Je me rapproche de ma sœur qui vit à Lyon, le seul membre de ma famille en France. Et cela va peut-être vous faire rire, mais ici, dans la région, je me sens un peu en vacances et vos chères montagnes du massif du Pilat me rappellent un peu mes montagnes colombiennes. Nostalgie…