Retour à l'accueil de la centrale
A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars, la centrale de Saint-Alban Saint-Maurice met en valeur les métiers techniques exercés par les femmes sur son site industriel.

Au 1er mars 2022, 167 femmes (en CDI et CDD) travaillent à la centrale, ce qui représente 20 % de l’effectif. D'une moyenne d'âge de 39 ans, elles occupent différents postes tels que technicienne, chargée de travaux, chargée d’affaires, ingénieure, assistante, …

L’enjeu majeur du groupe EDF est de soutenir la féminisation des métiers techniques et scientifiques. EDF souhaite lutter contre les stéréotypes de genre et faire de la prévention à l’encontre de toute forme de discriminations ou de sexisme.

L’entreprise accorde une importance à l’égalité des chances et s’assure d’une égalité de traitement en matière de rémunération, de mobilité et de parcours professionnels.

De plus, EDF valorise les carrières féminines dans les métiers techniques et scientifiques ; 3000 personnes sont membres du réseau énergies des femmes. 26% sont des femmes salariées cadres.

EDF est connu comme le deuxième employeur « champion de l’équilibre entre travail et vie privée ».

La centrale de Saint-Alban Saint-Maurice a concrétisé cette politique à travers un plan d’actions : valoriser l’accès aux métiers techniques pour les femmes à travers des partenariats avec l’éducation nationale, réaliser des entretiens avant et après la prise de congés de maternité, ou encore sensibiliser le personnel au risque de discrimination, tout au long de l’année.
Le site s’est également engagé depuis plusieurs années contre le sexisme ordinaire en faveur de la mixité au travail.

Delphine, Clara, Adélaïde et Sara, nous parlent de leurs parcours de femmes au sein de différents services :

Le service Technique et Environnement est dédié à la surveillance de l’environnement au travers de mesures réalisées en continu ou de façon périodique sur les poussières atmosphériques, l’eau, l’herbe autour de la centrale, auquel appartient le laboratoire.

Le service Automatismes Electricité assure l’entretien de l’outil industriel de manière préventive et fortuite, en termes d’automatismes et d’électricité.

Le service Prévention des Risques consiste à conseiller les salariés et à leur donner les moyens de travailler en toute sécurité.

 

Le groupe EDF compte aujourd’hui 26% de femmes dans ses effectifs (30,1% à EDF SA), ce qui le place dans la moyenne haute des principaux groupes industriels français.

17% des femmes chez EDF SA travaillent dans un métier technique

60% des femmes recrutées chez EDF SA le sont dans les métiers techniques et des systèmes d’information.

1/4 des ingénieurs sont des femmes.

Portraits de femmes …

Delphine et Clara sont toutes les deux techniciennes à la section Essais – service Technique Environnement de la centrale, choix qui s’est imposé naturellement à elles et qui chaque jour, confirme leur passion pour ce métier prenant et exigeant.

Clara, à la différence de Delphine, a peu d’expérience dans ce nouveau métier qu’elle découvre. Arrivée en 2021 au sein de l’équipe, elle a rejoint Delphine, qui est, quant à elle, une technicienne confirmée, en poste depuis plus de sept ans.

« Après cinq ans passées à la métrologie, j’ai choisi d’intégrer la section Essais car la diversité des activités m’attirait et était plus en lien avec mes études. Nous travaillons en collaboration avec les métiers techniques, de maintenance et d’exploitation et nous devons au quotidien assurer les calculs et les contrôles de débits, pressions, températures des matériels et de l’instrumentation, pour garantir la sûreté des installations. Le métier de technicien demande beaucoup de pratique et d’expérience, je pense qu’il faut compter plusieurs années pour maîtriser toutes les activités et le matériel… C’est grâce à l’accompagnement de mes collègues plus expérimentés que je pourrai progresser au fil du temps et parfaire mes connaissances dans ce métier. » Clara

« Ce qui m’a attiré dans ce métier, ce sont les divers champs de compétences qu’il faut acquérir pour travailler. Je suis aussi bien amenée à faire de la plomberie, de l’électricité et même de la neutronique, qui vise à garantir la stabilité du cœur pendant son cycle, dans la même semaine ! Mon poste de technicienne aux Essais me convient parfaitement de par sa richesse et sa transversalité. » Delphine.

Nous nous sentons très bien au sein de l’équipe et avec nos collègues masculins, nos relations sont très bonnes car les échanges sont francs. Et nous retrouvons une forme de bienveillance, car ils sont protecteurs, un peu comme des grands-frères... La moyenne d’âge est de 30 ans et la diversité des profils et genres forme la richesse et la cohésion de l’équipe.

Adélaïde est alternante à la centrale EDF depuis septembre 2021 et prépare un diplôme d’ingénieur en radioprotection au service prévention des risques. Depuis toujours, cette jeune fille de 21 ans, a voulu découvrir l’énergie nucléaire et son fonctionnement.

« Très tôt, j’ai voulu découvrir ce monde fascinant qu’est le nucléaire et dès 15 ans, je me suis orientée vers un baccalauréat professionnel TIIN (techniques d’interventions sur installations nucléaires) à Saint-Dizier (Haute-Marne). J’étais très curieuse et voulais connaître le fonctionnement d’une centrale nucléaire. Par la suite, en alternance, j’ai préparé un BTS en radioprotection sur le site nucléaire de Nogent sur Seine, ville d’où je suis originaire. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai désiré continuer dans cette filière et j’ai postulé à Saint-Alban afin de préparer un diplôme d’ingénieur toujours en radioprotection, domaine qui m’attire.

J’ai fait le choix de l’alternance, car c’est un cursus qui permet de mettre en pratique sur le terrain, les acquis appris à l’école, afin de devenir professionnel avec une expérience déjà bien ancrée.

A mon arrivée à la centrale, le projet qui m’a été attribué est la déclinaison sur le terrain de toute la partie réglementaire en radioprotection définie par la direction production nucléaire d’EDF et par l’Autorité de sûreté nucléaire. A la suite d’évolutions afin de garantir davantage la sécurité et la santé des intervenants, une de mes missions consiste à m’assurer que les documentations en lien avec les appareils mesurant la contamination du personnel sont conformes aux nouvelles normes réglementaires.

Au quotidien, mon tuteur m’accompagne afin de me faire découvrir les activités en centrale nucléaire. Le compagnonnage est très important et bénéfique car un site nucléaire est vaste et les activités très spécifiques. Il me transmet son savoir-faire et me permet d’assimiler de nouvelles compétences.

Dès mon arrivée, je me suis bien intégrée au sein de l’équipe et le fait d’être en contact en majorité avec des collègues masculins ne me pose pas de problème car dans mon cursus scolaire, il m’est arrivé d’être la seule fille de ma promotion. J’apprécie cette mixité car ils sont très à l’écoute et se rendent toujours disponibles pour m’apporter leurs aides et conseils. »

Sara est technicienne au service Automatismes Electricité de la centrale EDF, également en alternance depuis septembre dernier. Cette jeune espagnole, arrivée en France depuis 7 ans, a choisi le milieu industriel car elle a toujours été attirée par un métier technique.

Après mes deux années une licence en informatique, j’ai voulu me spécialiser dans un domaine plus spécifique et technique et j’ai ainsi fait le choix de m’orienter vers un BTS SNIR (système numérique informatique réseau). Je prépare mon diplôme en alternance à la centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice et mes cours se déroulent à l’IRUP de Saint-Etienne.

J’ai opté pour un contrat d’apprentissage car je voulais très rapidement être immergée dans un monde professionnel à la découverte d’un nouveau métier, faire partie d’une équipe et intervenir sur le terrain. J’ai eu la chance d’arriver sur un site nucléaire, avec des installations industrielles complexes qui demandent des compétences très spécifiques que j’ai très envie d’apprendre.

Ce que j’aime dans ce métier, c’est la diversité de compétences qu’il faut avoir afin de pouvoir intervenir en toute sûreté. Également, j’apprécie le fait d’être avec un binôme différent chaque jour au sein de l’équipe, et je peux ainsi m’imprégner des savoir-faire divers.

Mes missions sont variées, mais je m’occupe principalement de la maintenance des systèmes d’automatisme : capteurs, vannes, les modules de régulation … et de la maintenance informatique industrielle : serveur, outils servant au pilotage des réacteurs avec les enregistreurs numériques et postes installés en salle de commande.

Bien-entendu, compte tenu des compétences très pointues qu’il faut avoir, je suis accompagnée par un professionnel expérimenté, mon tuteur toujours présent à mes côtés à chaque étape qui assure ma formation en entreprise. Il est de bons conseils, bienveillant et ce tutorat m’est très utile.

Au sein de la section, nous sommes très peu de femmes, mais je pense qu’une femme a toute sa place dans un métier technique. Personnellement, c’est une expérience très positive et enrichissante que je vis, grâce à un environnement de travail agréable et des collègues qui sont toujours à l’écoute pour m’aider.