Retour à l'accueil de la centrale

L'unité de production n°2 a été mise à l’arrêt le 8 juillet pour plusieurs semaines. Cet arrêt programmé pour maintenance fait partie du cycle normal d’exploitation de l’installation.

Lors de cette visite partielle, plusieurs grandes opérations de maintenance sont réalisées, dont l'expertise d'un des 3 corps basse pression de la turbine, en salle des machines.

Le rotor, énorme composant de 229 tonnes, a été sorti de son emplacement sur la ligne d’arbre du groupe turbo-alternateur puis transporté vers la salle des machines de l’unité n°1 pour permettre son expertise, le démontage et le nettoyage des ailettes.

Toutes les activités sur le groupe turbo-alternateur sont réalisées par une entité d'EDF spécialisée : l’Unité Logistique et Maintenance/AMT Vallée du Rhône, qui intervient sur tous les sites d’EDF.

Témoignage de Cédric, chargé d'affaires au service travaux de la centrale, qui pilote cette activité :

Cédric, pourquoi une visite complète du corps basse pression de la turbine ?

"Cette visite s’inscrit dans le cadre de la maintenance préventive issue des prescriptions nationales. Nous démontons pour expertise l’ensemble des corps basse pression à fréquence régulière, lors de visites partielles ou de visites décennales. Cette année, c’est au tour du corps de turbine BP 3 de faire l’objet de cette visite complète".

Comment se déroule cette activité, particulièrement spectaculaire ?

Le rotor du corps basse pression qui a été transféré au plancher turbine de l’unité n°1 fait l’objet d’une inspection minutieuse pour s’assurer de l’absence de défaut. Les principales opérations consistent à déposer les ailettes situées en périphérie, qui mesurent 5,5 mètres de diamètre, pour remplacer les rondelles amortisseurs mais aussi pour réaliser tout un ensemble d’examens par ultra-sons pour contrôler l’absence de rayures ou micro-fissures. De plus, sur cet arrêt programmé, notre partenaire remplace l’ensemble des grandes ailettes de la périphérie du rotor par de nouvelles ailettes qui permettront un meilleur comportement machine.

Quels sont les principaux enjeux associés à cette intervention ?

Le créneau de maintenance du rotor est d’environ 15 jours en travaux postés, ce qui représente un chantier de longue haleine. Tout retard sur l’activité peut entraîner un retard sur le planning général de l’arrêt. L’enjeu majeur de cette activité repose sur une bonne coordination entre les 3 acteurs principaux que sont les ailetiers de l’ULM, General Electric pour les examens non destructifs et ORANO pour le nettoyage. Il était donc essentiel d’avoir bien planifié ces activités et les interfaces de chantier en phase préparation, en amont de l’arrêt.

Quel est ton rôle en tant que chargé d’affaire ?

En phase préparation, je veille à ce que la planification de nos activités soit bien calée et que nous respections les échéances fixées par le projet d’arrêt. En phase réalisation, avec 4 collègues, nous sommes les interlocuteurs des entreprises intervenantes et nous nous assurons au quotidien que le chantier se déroule conformément au planning, sans écart. Enfin, il faut souligner que ce chantier s’inscrit dans une prestation de type « intégrée », avec des interlocuteurs que nous connaissons bien et avec lesquels nous avons l’habitude de travailler. Leur professionnalisme et leur expertise sont reconnus sur toutes les centrales. Il y a un climat de confiance réciproque et c’est un des facteurs de réussite.

Une fois l'expertise terminée, le rotor va reprendre le chemin de la salle des machines de l'unité n°2. Il sera remis en place pour permettre les tests de requalification.

Le saviez-vous ? le groupe turbo-alternateur, composé d'un corps haute pression et 3 corps basse pression, tourne à 1 500 tours par minute.

Crédit photos : Christophe Pillaud et Cédric Michel