Retour à l'accueil de la centrale

Les 4èmes réexamens périodiques ont pour objectif de définir les conditions de poursuite de fonctionnement des réacteurs nucléaires après 40 ans, sous l’angle de la sûreté nucléaire. Une large concertation du public a été lancée lundi 11 mars à l’occasion d’une assemblée plénière de la commission locale d’information (CLI) et se poursuivra jusqu’à l’été 2024.

Pour les réacteurs du palier 1300 MW, dont les deux unités de Saint-Alban Saint-Maurice, ces réexamens périodiques vont intervenir lors des 4èmes visites décennales, qui débutent en 2027 (lire texte surligné en bleu ci-dessous). Parce que ce sujet concerne l’ensemble des citoyensune concertation volontaire du grand public a été initiée, sous l’égide du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire (HCTISN). Ce type de dispositif n’est pas requis par la règlementation. Il s’agit d’une démarche volontaire.

Le Haut comité ainsi que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI) et EDF travaillent en étroite collaboration pour réaliser cette concertation, qui a débuté le 18 janvier 2024 à l’échelle du pays et se poursuit jusqu’au 30 juin 2024.

Différents types de rendez-vous sont proposés au public. Des réunions publiques, au plus près des centrales concernées (*), sont organisées par les Commissions Locales d’Information (CLI), en lien avec les équipes de la centrale. 

C’est dans ce cadre que la CLI de la centrale a organisé une réunion publique le 11 mars à Saint-Maurice-l’Exil, en présence de représentants de l’ASN, de l’IRSN et d’EDF. 122 personnes étaient présentes à cette rencontre, ouverte à tous. Des sujets d’échanges, autour de grands thèmes liés à la sûreté nucléaire, ont été soumis au vote des participants. Ils feront l’objet de groupes de travail et de 3 ateliers ouverts à tous dans les semaines qui viennent. Les dates de ces ateliers seront communiquées prochainement.

En parallèle des réunions publiques et des ateliers, une plateforme internet est mise en place, pour permettre à tout citoyen de se renseigner, d’émettre un avis et de poser des questions. Les questions seront instruites par le HCTISN et ses partenaires. www.concertation.suretenucleaire.fr

Pour les deux réacteurs de Saint-Alban, les rapports issus des 4èmes réexamens périodiques seront transmis aux autorités compétences en 2029. 

Le 4ème réexamen périodique de sûreté est une exigence règlementaire (code de l’environnement). Il doit tenir compte : du retour d’expérience national et international, des résultats des études de recherche et développement, de l’amélioration des connaissances et des technologies. 

Ce réexamen doit en outre proposer des adaptations et des évolutions vers des objectifs ambitieux pour une meilleure maîtrise des risques et inconvénients.

EDF a retenu comme orientation générale de tendre vers les objectifs de sûreté nucléaire fixés pour les réacteurs de 3ème génération dont le réacteur de référence EDF est l’EPR de Flamanville 3.

(*) ​​​​​​​8 centrales (soit 20 réacteurs de 1300 MW) sont concernées par le 4ème réexamen périodique : 4 réacteurs à Paluel et 2 à Penly (Seine-Maritime), 2 à Flamanville (Manche), 4 à Cattenom (Moselle), 2 à Nogent-sur-Seine (Aube), 2 à Belleville-sur-Loire (Cher), 2 à Saint-Alban (Isère) et 2 à Golfech (Tarn-et-Garonne).