Retour à l'accueil de la centrale

L’EPR2, est une version optimisée et industrialisée de l'EPR

EDF a lancé, depuis plusieurs années, le développement d’un réacteur à eau pressurisée (EPR) optimisé et industrialisé, l’« EPR2 », qui a vocation à renouveler en partie le parc nucléaire actuellement en exploitation en France et ainsi contribuer à renforcer l’atout nucléaire français.

D’une puissance d’environ 1670 MW, l’EPR2 répond aux exigences de sûreté des réacteurs de 3ème génération, ce qui se fait de mieux dans le monde. L’EPR2 prend notamment en compte, dès la conception les référentiels de sûreté internationaux et français qui ont découlé de l’accident de Fukushima. Le design et la préparation de la construction de l’EPR2 s’appuient sur le retour d’expérience des réacteurs nucléaires de type EPR actuellement en fonctionnement et en construction - Taishan, Flamanville 3, Olkiluoto et Hinkley Point C – mais également sur le parc nucléaire en exploitation, afin d’en renforcer la compétitivité.  
 
Les évolutions de conception d’EPR à EPR2 visent en effet à simplifier la construction au bénéfice de la qualité, de la durée, du coût de construction sans impact sur la sûreté.  
 
Plus simple à construire, plus standardisé, l’EPR2 est le premier réacteur à être totalement conçu de façon numérisée et avec une manœuvrabilité lui permettant de s’intégrer dans un mix à forte composante d’énergies renouvelables à horizon 2040.
COMMENT ?

• En embarquant les industriels partenaires dès la phase de conception. EDF a choisi d’associer très tôt les fournisseurs pour « mettre à l’épreuve » la constructibilité du design conçu par les équipes d’EDF, challenger les grandes phases du planning du chantier et apporter leurs méthodes industrielles afin de les appliquer à l’industrie nucléaire. Pour la Normandie, cela représente plus de
30 000 emplois pendant la construction et 7 000 emplois pendant l’exploitation.

• En simplifiant le design : ce qui aura un impact direct sur le génie civil et donc le planning et le coût de construction. EDF a sollicité l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) dès la phase de basic design, pour s’accorder sur les principaux choix de conception de l’EPR2 et les règles appliquées en matière de sûreté afin de disposer dès maintenant d’un référentiel de conception stabilisé.
    ​​​​​​​
• En le construisant par paire, afin de bénéficier de l’effet de série. Un programme optimise les achats d’équipements ou de prestations et bénéficie d’un effet d’apprentissage.
     
• En misant sur la standardisation et la réplication. Un approvisionnement d’équipements standardisés et directement disponibles dans les catalogues des fournisseurs. La préfabrication en usine d’équipements complets ou la modularisation de grands ensembles afin de faciliter les montages.      

Le tout, en prenant en compte les enjeux environnementaux et l’opinion public de la conception à l’exploitation.