Retour à l'accueil de la centrale

L’ASN a constaté qu’en 2019, la centrale nucléaire de Flamanville avait détecté la présence de très faibles traces de radionucléides d’origine artificielle (cobalt 60) dans des boues de stations d’épuration. L’ASN a fait des constats similaires en 2020 lors de contrôles croisés sur d’autres sites d’EDF (Paluel et Penly).

A Penly, des évacuations de boues d’épuration vers des filières conventionnelles ont été réalisées en mai 2016.

Avant chacune de ces évacuations, le site réalise des contrôles ultimes par spectrométrie qui ont permis de déterminer que la concentration en radionucléides d’origine artificielle (Cobalt 60) était conforme aux procédures applicables. Cette concentration était de l’ordre de quelques Bq par kg de boues, soit environ 100 fois inférieures à la valeur de concentration d’activité de 0,1 Bq par gramme définie par la directive Euratom 2013/59 pour ce radioélément. Les boues concernées ne justifient donc pas un contrôle de radioprotection, mais la règlementation française ne prévoit pas de seuil d’exemption pour les déchets, ce qui conduit, en France, à orienter en filière nucléaire tous les déchets présentant des radionucléides d’origine artificielle, y compris sous forme de traces.
 
La station d’épuration de la centrale nucléaire de Penly est initialement classée zone à déchets conventionnels.
Sur la base du guide n° 23 de l’ASN datant de 2016 - Établissement et modification du plan de zonage déchets des installations nucléaires de base -,  toute contamination par des substances radioactives de déchets provenant de zones à déchets conventionnels constitue un écart.
En conséquence, l’Autorité de sûreté nucléaire a demandé en mars 2021 à ce que la station d’épuration de la centale nucléaire de Penly soit classée temporairement en zone à production possible de déchets nucléaires compte-tenu de la présence de traces de cobalt 60 dans certains échantillons analysés.
 
Au regard des valeurs mesurées et des quantités de boues évacuées par la centrale de Penly, cet événement ne présente pas d’impact sur l’environnement ou la santé.
La direction de la centrale de Penly a déclaré le 25 mai, un événement significatif environnement au niveau 0 de l’échelle INES et engagé la mise à jour de leur procédure de contrôle des boues issues des stations d’épuration.
Des contrôles par spectrométrie gamma seront systématiquement réalisés en complément des contrôles ultimes opérés au moment de l’évacuation.