Retour à l'accueil de la centrale

Samedi 18 septembre 2021, à 11h, alors que le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Penly est en fonctionnement, les opérateurs en salle de commande détectent une alarme : une des trois séries de soupapes du pressuriseur est vue fermée, contrairement à l’attendu. Cette configuration de l’installation impose de déconnecter l’unité de production du réseau électrique et le réacteur est alors mis à l’arrêt. La vapeur générée par les générateurs de vapeur contourne la turbine pour entrer directement dans le condenseur et revenir à l’état liquide.

A 14h, lors de la baisse de puissance du réacteur, une vanne conduisant la vapeur dans le condenseur reste ouverte: la température du circuit primaire baisse.
A 14h32, elle atteint le seuil de température basse autorisé par les spécifications techniques d’exploitation, et provoque la fermeture automatique de la vanne restée ouverte. Cet automatisme conduit au réchauffement du circuit primaire, la configuration du circuit primaire répond alors aux spécifications techniques de l’installation. Toutefois, l’automatisme de protection s’efface, la vanne se ré-ouvre conduisant à nouveau à une baisse de la température du circuit primaire. Cette situation se produit 5 fois jusqu’à 15h26, pour un cumul de 8 minutes environ, durant lesquelles la température du circuit primaire était inférieure au seuil bas autorisé. A 15h30, les équipes de conduite isolent la vanne défectueuse.
 
Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ou l’environnement. Cependant, en raison du non-respect temporaire des spécifications techniques d’exploitation, la direction de la centrale nucléaire de Penly a déclaré le 22 septembre 2021 un événement significatif de sûreté au niveau 1 de l’échelle INES (qui en compte 7), à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).