Retour à l'accueil de la centrale

Mardi 5 juillet, les équipes de la SNSM (société nationale de sauvetage en mer), de la FARN (force d’action rapide du nucléaire) et de la centrale nucléaire de Penly ont travaillé conjointement pendant un exercice de gestion de crise. Au total, plus de 80 personnes étaient mobilisées.

 

UNE PREMIÈRE
Bien que les équipes de la centrale de Penly s’entrainent régulièrement avec la SNSM et la FARN, c’est la première fois qu’un exercice commun entre ces 3 acteurs était organisé. Le but était de travailler la coordination et la complémentarité de ces entités dans une situation de crise. L’objectif de l’exercice est de cumuler un maximum d’indisponibilités afin de préparer les salariés à faire face aux situations les plus complexes.
Cette fois-ci, le scénario simulait une tempête, empêchant toute personne de se rendre sur le site industriel par voie terrestre. Les bateaux de SNSM ont donc débarqué les équipiers de relève de la FARN, directement dans la station de pompage, pour qu’ils s’exercent, avec les salariés de Penly, à l’activité hautement improbable de déboucher la source d’eau de refroidissement.

LA FARN ?
La FARN est une entité créée par EDF après l’accident nucléaire de Fukushima en 2011 afin de garantir la disponibilité de moyens matériels robustes et de ressources humaines qualifiées pour maintenir le bon fonctionnement des installations.

Elle est constituée de 4 services régionaux sur les centrales nucléaires de Civaux, Dampierre, Paluel et Bugey. Ce sont plus de 300 femmes et hommes volontaires, engagés au profit de la sûreté des sites de production et de la protection des populations.

FORMÉS TOUTE L’ANNÉE
Pour faire face aux situations de crise, une organisation spécifique est définie au sein de la centrale nucléaire de Penly. En ce sens, le personnel d’astreinte s’est exercé à 10 reprises à la gestion d’accident en 2021. Il a ainsi testé les dispositifs d’alerte, la gestion technique des situations de crise et les interactions entre les intervenants.