Retour à l'accueil de la centrale

Le 5 juin 2021, l’unité de production n°1 est à l’arrêt pour visite partielle. L’unité, dont le combustible est complètement déchargé, requiert la disponibilité d’un des deux groupes électrogènes de secours1. A cette date, le groupe électrogène de la voie A est requis et disponible. Le groupe électrogène de la voie B n’est pas requis. Les équipes constatent une perte de liquide de refroidissement de son réservoir, dont le niveau de remplissage s’élève à 81%.
Le 9 juin 2021, les travaux de maintenance programmés pendant la visite partielle se poursuivent sur la voie A. C’est à présent le groupe électrogène de la voie B qui est requis et doit être disponible. Le niveau du réservoir de liquide de refroidissement du même groupe est mesuré à 69%.
Le 13 juin 2021, une nouvelle mesure indique que le niveau du réservoir est établit à 31%.
Le 14 juin à 20h, après caractérisation de l’événement et un essai de démarrage non satisfaisant vis-à-vis du réservoir de réfrigération, le groupe électrogène de la voie B est déclaré indisponible. Dans ce cas, les règles générales d’exploitation2 demandent une intervention sous 24h. Les opérations de réparation sont immédiatement engagées et des mesures compensatoires sont mises en place.
Le 15 juin 2021 à 20h, les opérations de réparation sont toujours en cours et ne permettent pas de respecter le délai prescrit.
Le groupe électrogène de la voie B est à nouveau disponible le 17 juin à 1h49. D’autres sources électriques de secours sont restées disponibles durant l’événement : la turbine à combustion du site3 et le diesel d’ultime secours4 de l’unité n°1. Cependant, l’indisponibilité prolongée d’un groupe électrogène requis constitue un non-respect des règles générales d’exploitation.  Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au niveau 1 de l’échelle INES le 17 juin 2021.
 
1 Chaque centrale nucléaire est équipée de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel, chacun situé sur deux voies distinctes. En cas de perte des deux sources électriques externes, ces groupes permettent d’alimenter en électricité et assurer le fonctionnement des systèmes de sauvegarde qui seraient mis en œuvre en cas d'accident.
2 Les règles générales d’exploitation (RGE) sont un recueil de règles approuvées par l’Autorité de sûreté nucléaire qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.
3 Construits dans le cadre du déploiement du programme post-Fukushima, les diesels d’ultime secours (DUS) permettent de disposer d’une alimentation électrique supplémentaire en cas de défaillance des quatre alimentations électriques externes et internes déjà existantes sur chaque réacteur.
4 Commune à l’ensemble des quatre unités de production du site, la turbine à combustion (TAC) peut être raccordée électriquement au tableau électrique de chaque réacteur.