Retour à l'accueil de la centrale

Événements significatifs du domaine sûreté concernant la centrale nucléaire de Paluel, déclarés au niveau 0 (sous l’échelle INES qui en compte 7) en août 2021.
 

Indisponibilité du diesel d’ultime secours

En juin 2021, l’unité de production n°1 est à l’arrêt programmé dans le cadre de sa visite partielle.
Le 28 juin, le diesel d’ultime secours* est consigné pour maintenance.
Le 28 juillet, suite à la réalisation d’un essai de requalification satisfaisant, le diesel d’ultime secours est déclaré de nouveau disponible. Le lendemain, les équipes de la centrale formulent une demande de travaux suite à l’apparition d’une alarme en salle de commande.
Le 17 août, suite à un diagnostic, il est constaté qu’un disjoncteur débroché rend le diesel d’ultime secours indisponible. Une intervention est immédiatement lancée.
Une investigation met en évidence que le débrochage du disjoncteur fait suite à la maintenance débutée le 28 juin. Le diesel d’ultime secours est resté indisponible depuis cette date. Les autres sources électriques de secours sont toujours restées disponibles. Cependant, cet évènement a été déclaré par la centrale le 20 août 2021 au niveau 0 sous l’échelle INES. En effet, l’indisponibilité du diesel d’ultime secours au-delà du délai d’un mois constitue un non-respect des règles générales d’exploitation.
*Construits dans le cadre du déploiement du programme post-Fukushima, les diesels d’ultime secours permettront de disposer d’une alimentation électrique supplémentaire en cas de défaillance des quatre alimentations électriques externes et internes déjà existantes sur chaque réacteur.
 

Indisponibilité partielle de l’ébulliomètre suite à une activité de maintenance

L’unité de production n°2 est à l’arrêt programmé pour économie de combustible depuis le 10 juillet 2021.
Le 11 août, lors des opérations de redémarrage, un défaut de carte électronique ne permet pas de démarrer l’une des quatre pompes du circuit primaire. Les équipes de la centrale vérifient la configuration des équipements associés.
Le 13 août, la carte électronique est remplacée. Lors de l’essai de requalification, deux alarmes apparaissent en salle de commandes. Une incohérence est constatée sur l’ébulliomètre* ne lui permettant pas de fournir l’information relative au niveau d’eau présent dans la cuve du réacteur. Le relai électrique d’un disjoncteur via lequel transitent les informations de l’ébulliomètre est remis en conformité. Cela permet de retrouver la disponibilité de la pompe primaire. L’indisponibilité de l’information du niveau de la cuve constitue un non-respect des règles générales d’exploitation.
Cet évènement a été déclaré à l’ASN par la centrale nucléaire de Paluel au niveau 0 sous l’échelle INES le 19 août 2021.
 
* Matériel permettant de mesurer le niveau d’eau dans la cuve du réacteur ainsi que l’écart entre la température de l’eau de la cuve et la température d’ébullition.
 
Événement significatif du domaine sûreté concernant la centrale nucléaire de Paluel, déclaré au niveau 1 (sous l’échelle INES qui en compte 7) en août 2021.
 

Ouverture intempestive d’une soupape du pressuriseur* ayant entraîné une courte sortie du domaine de pression autorisé
Depuis le 10 avril 2021, l’unité de production n°1 est à l’arrêt pour réaliser sa visite partielle programmée.

Le 14 août 2021, des pertes de vapeur sont constatées sur les équipements de pilotage des soupapes SEBIM** du pressuriseur nécessitant le remplacement des têtes de détection des soupapes. Le 18 août, lors de cette intervention, la manipulation des têtes de soupape entraine leur ouverture. Cette action a pour conséquence une baisse de pression dans le circuit primaire.
 
Immédiatement, les opérateurs démarrent le système d’injection de sécurité*** afin de maintenir un niveau de pression suffisant dans le circuit primaire. Après échange avec les intervenants sur place, les opérateurs réalisent ensuite la fermeture de deux soupapes d’isolement, permettant de retrouver la pression réglementaire du domaine d’exploitation de l’unité de production.
 
L’ensemble des matériels requis pour la sûreté sont restés disponibles pendant l’événement. Cependant, la sortie de domaine de pression autorisé constitue un non-respect des règles générales d’exploitation de la centrale. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au niveau 1 de l’échelle INES le 20 août 2021.
 
* Le pressuriseur est un réservoir de forme cylindrique dont la fonction est de réguler la pression du circuit primaire en maintenant l’eau du circuit primaire sous une pression de 155 bars.
** Ces soupapes de sûreté du pressuriseur, situées dans le bâtiment réacteur, permettent de protéger le circuit primaire principal en cas de surpression.
*** Ce système assure le refroidissement du réacteur en injectant de l’eau contenant du bore, sous forte pression
 
Événement significatif du domaine transport concernant la centrale nucléaire de Paluel, déclaré au niveau 0 (sous l’échelle INES qui en compte 7) en août 2021.
 

Non conformités lors d’une expédition de matières radioactives

Le 23 août 2021, un camion transportant deux conteneurs de plusieurs caisses prend la route au départ de la centrale nucléaire de Paluel (76) pour se rendre dans une entreprise basée à Pierrelatte (26). Avant le chargement des conteneurs, le débit de dose de chacune des caisses est évalué. Au départ du camion, la dosimétrie* au contact du premier conteneur est contrôlée et déclarée à 0,12 mSv/heure. Une autre mesure, la dosimétrie à un mètre du conteneur, indique 0.030mSv/h. L’indice de transport calculé par rapport à ces données et affiché sur le camion est de 9.
 
Le 26 août 2021, l’entreprise destinataire effectue un contrôle des conteneurs à réception. La dosimétrie au contact mesurée sous l’un des conteneurs en un point ponctuel est estimée à 1,8 mSv/heure ce qui est discordant par rapport à la mesure déclarée au départ du camion. La dosimétrie à un mètre, mesurée 0.040 mSv/h est similaire. L’entreprise constate également, à l’ouverture du conteneur, que l’une des caisses a bougé et présente un arrimage non conforme.
Compte tenu des valeurs mesurées à l’arrivée, l’indice de transport aurait dû être de 12.
Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté de l’expédition et l’exposition radiologique du transporteur. Le débit de dose enregistré à l’arrivée du camion était supérieur à l’estimation initiale mais est toujours restée en dessous du seuil réglementaire. Lorsqu’un indice de transport est supérieur à 10, la règlementation impose que le transport présente un affichage spécifique.
Le non-respect d’une exigence règlementaire du transport de matières radioactives a conduit l’entreprise destinataire de l’expédition à déclarer, le 30 août 2021, un évènement significatif pour le transport au niveau 0 sous l’échelle INES qui en compte 7.