Retour à l'accueil de la centrale

Le  5 novembre 2021, l’unité de production n°4 est en phase de mise à l’arrêt programmé afin de réaliser un diagnostic sur du matériel situé en partie nucléaire de l’installation.
 
La mise à l’arrêt du réacteur passe par une succession d’états, appelés domaines d’exploitation, correspondant à des limites de pression et de température. Le passage d’un domaine d’exploitation à un autre constitue un transitoire encadré par des procédures de conduite de l’installation.
 
Lors d’un transitoire, l’opérateur en salle de commande constate une baisse continue de la pression dans le circuit primaire jusqu’à atteindre 22,1 bars relatifs, une valeur inférieure à la limite autorisée par les Spécifications Techniques d’Exploitation qui est de 23 bars relatifs.
L’équipe en salle de commande engage aussitôt les actions permettant de retrouver une pression conforme dans le circuit primaire. L’atteinte de l’équilibre entre la phase liquide et la phase vapeur du pressuriseur* permet d’interrompre la baisse de pression dans le circuit primaire. La pression du circuit primaire remonte alors jusqu’à retrouver des valeurs conformes.
 
Cette sortie du domaine d’exploitation sous la limite basse de pression autorisée durant 20 minutes, n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement. Néanmoins, constituant un non-respect des règles d’exploitation, cet événement a été déclaré par la direction de la centrale nucléaire de Gravelines à l’Autorité de sûreté nucléaire le 9 novembre 2021, comme significatif pour la sûreté au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.
 
*La régulation de la pression du circuit primaire est assurée par un pressuriseur, réservoir qui contient, lorsque le réacteur est en fonctionnement, de l’eau sous forme liquide dans sa partie inférieure et sous forme vapeur dans sa partie supérieure.