Retour à l'accueil de la centrale

Les événements significatifs déclarés à l'ASN en juin 2022

En juin 2022, la Direction de la centrale nucléaire de Golfech a déclaré 4 événements significatifs à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Un événement générique, commun à plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF, a également été déclaré. Ces évènements n’ont pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations, la sécurité du personnel ni l’environnement.

 Sûreté

- Evénement déclaré le 14 juin (niveau 0)

Pour chaque cycle du combustible utilisé dans le réacteur (environ 18 mois), des valeurs des seuils d’alarmes sont mises à jour (« implantées ») au début et au milieu du cycle. Ces réglages sensibles sont réalisés par des automaticiens sur la base des données fournies par un autre service (qui détermine précisément l’épuisement du combustible). Le 7 juin 2022 les valeurs à mi cycle ont été implantées pour le réacteur n°2 mais sans être confirmées au préalable. Après contrôle, il est confirmé que les valeurs implantées sont conformes.

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations. Toutefois, il constitue un non-respect de l’organisation définie pour les réglages sensibles et a été déclaré le 14 juin 2022 à l’Autorité de sûreté nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

- Evénement déclaré le 22 juin (niveau 0)

Le 18 juin, l’unité de production n°2 est en fonctionnement. Les équipes de la centrale interviennent sur un automate de contrôle commande pour remplacer un équipement électronique. Quelques heures après l’intervention, qui s’est déroulée conformément aux procédures, une analyse est effectuée comme ce qui est prévu. Cette analyse émet un doute sur la qualification de la pièce de rechange utilisée. Après échange avec des appuis nationaux d’EDF, une nouvelle intervention sur l’automate est décidée. Dans la nuit du 18 au 19 juin, la pièce non conforme est remplacée par une nouvelle et la requalification est validée. Une analyse menée à postériori a montré que la qualification initiale de la pièce de rechange était prouvée. Son remplacement n’était donc pas justifié.

Cet événement sans conséquence réelle sur la sûreté des installations constitue un non-respect des règles générales d’exploitation et a été déclaré le 22 juin 2022 à l’Autorité de sûreté nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

- Evénement déclaré le 22 juin (niveau 0)

Le processus de condamnation administrative est un moyen physique mis en œuvre par les équipes de la centrale qui, par la pose d’un cadenas et d’une pancarte, permet de garantir le maintien d’un matériel dans une configuration souhaitée.

Durant la visite décennale de l’unité n°1 en cours, le contrôle d’une condamnation administrative d’un robinet du diesel d’alimentation électrique de secours a mis en évidence un écart. Le robinet a été trouvé ouvert dans sa position requise mais il n’était pas condamné par la présence d’une pancarte et d’un cadenas comme le prévoit les consignes. Dès détection de l’écart, une pancarte et un cadenas de condamnation administrative ont été installés.

Cet événement sans conséquence réelle sur la sûreté des installations constitue un défaut d'assurance qualité. Il a été déclaré le 22 juin 2022 à l’Autorité de sûreté nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

- Evénement déclaré le 23 juin (niveau 1)

Dans une centrale nucléaire, le pilotage d’un réacteur s’inscrit dans un cadre de prescriptions à respecter, parmi lesquelles les spécifications techniques d’exploitation (STE).

En France, les centrales nucléaires sont alimentées par le réseau électrique à travers deux transformateurs indépendants : un transformateur de soutirage (TS) et un transformateur auxiliaire de secours (TA).

Le 18 juin 2022, l’unité de production n°2 est en production. A 18h29, un défaut sur un relai d’un tableau électrique* entraine le basculement automatique de l’alimentation de ce tableau, du TS vers le TA.

Dans la journée du 19 juin 2022, les équipes de la centrale procèdent au remplacement du relai électrique présentant le défaut. Le tableau électrique est ainsi de nouveau reconnecté au TS vers 16h30.

Lorsque l’unité est en production, l’indisponibilité fortuite de l’alimentation électrique du tableau par le transformateur de soutirage (TS) constitue un non-respect des spécifications techniques d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquences réelles sur la sûreté des installations, le tableau électrique étant toujours resté alimenté par le transformateur auxiliaire de secours (TA). Toutefois, en raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, la direction de la centrale de Golfech a déclaré, le 23 juin 2022, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif sûreté au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

*Tableau alimentant entre autres des systèmes de secours

Transport

- Evénement déclaré le 1er juin

Le 31 mai 2022 un conteneur avec des matelas de plomb (protections radiologiques) a été transporté entre les centrales nucléaires de Golfech et de Saint Alban. Le débit de dose au contact mesuré sur une zone sous le conteneur n’était pas le même au départ qu’à l’arrivée. Le seuil noté à l’arrivée, supérieur à celui du départ, aurait dû être indiqué par une signalétique spécifique qui impliquerait d’autres mesures d’intervention en cas d’incident.

Cet évènement sans conséquence sur les personnes, ni l’environnement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) par la centrale de Saint Alban le 1er juin 2022.

Radioprotection

- Aucun événement déclaré

Environnement

- Aucun événement déclaré

………………………………………………………

Evénement Générique déclaré le 3 juin (niveau 0)

Détection d’anomalies de visseries sur des pompes de circuits de sauvegarde

Le circuit d'aspersion de l'enceinte (EAS) a pour objectif de conserver l'intégrité de l'enceinte du réacteur, en diminuant notamment la pression et la température à l'intérieur du bâtiment réacteur.

Le système d’injection de sécurité (RIS) permet d’injecter dans le circuit primaire de l’eau contenant du bore (matière neutrophage) afin de refroidir le réacteur.

Le système de contrôle chimique et volumétrique (RCV) permet en fonctionnement normal de réguler le volume d’eau, d’ajuster la concentration en bore et d’assurer des caractéristiques chimiques adéquates dans le circuit primaire.

Le circuit RRA contribue au refroidissement à l’arrêt du réacteur.

Depuis 2017, EDF réalise sur l’ensemble du parc nucléaire en exploitation une campagne de contrôles de la conformité des dispositifs de freinage de la visserie de matériels requis en conditions accidentelles.

Ces dispositifs de freinage sont destinés à limiter les risques de desserrage des assemblages vissés lors du fonctionnement normal ou sous sollicitation particulière.

En fin d’année 2018, sur les deux réacteurs de Penly, des anomalies de ces dispositifs de freinage des visseries sur des pompes des circuits EAS et RIS ont été mises en évidence. Les anomalies concernant le circuit EAS ont pu être justifiées. L’absence d’impact potentiel sur ces matériels en condition accidentelle n’a pas pu être formellement démontrée sur quelques anomalies du circuit RIS.  Cet événement a été déclaré le 7 décembre 2018 par la centrale de Penly à l’Autorité de sûreté nucléaire en tant qu’événement significatif au niveau 0 sous l’échelle INES.

La poursuite des contrôles à conduit à intégrer, le 03 juin 2022, de nouveaux réacteurs [3] dans le périmètre de déclaration de l’évènement significatif à caractère générique de niveau zéro sous l’échelle INES venant compléter la liste des réacteurs préalablement déclarés le 20 mars 2020[1] et le 28 mai 2021[2].

Cet événement n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations. En complément, l’analyse des conséquences potentielles de ces anomalies a démontré la possibilité maintenir les réacteurs dans un état sûr en situation accidentelle. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire au niveau 0 sous l’échelle INES qui en compte 7.

La campagne de contrôles sur les dispositifs de freinage des visseries de matériels requis en conditions accidentelles se poursuit sur l’ensemble du parc nucléaire en exploitation.

1 Réacteurs de Bugey 4 pour le circuit EAS et Belleville 1 et 2 et Flamanville 1 pour le circuit RIS.

2 Réacteurs de Cattenom 1 et 4, Golfech 1, Nogent 2 et Paluel 4 pour le circuit RIS, Paluel 2 pour le circuit EAS et Cruas 4 pour les circuits RIS et RCV.

3 Réacteurs de Cattenom 2, Golfech 2, Gravelines 5, Nogent 1, Saint-Alban 1 pour le circuit RIS, Cattenom 3 pour les circuits RIS et RRA, Paluel 1 pour les circuits RIS et EAS, Cruas 3 et Saint-Alban 2 pour le circuit EAS.