Retour à l'accueil de la centrale

Pendant quatre semaines, les équipes qui seront chargées d’effectuer le chargement du combustible dans la cuve de l’EPR de Flamanville étaient aux manettes pour suivre une phase d’entraînements intense. Retour sur ce programme de haut niveau ! 💪 🔍

Pendant quatre semaines, l’équipe combustible a pris les manettes de l’ensemble de la chaîne de manutention combustible pour s’entrainer, dans toutes les configurations possibles, à mener, en toute sûreté un chargement et un déchargement du cœur à l’aide d’assemblages postiches.

« On approche de la dernière ligne droite et nous avons eu la chance de disposer de plusieurs jours pour nous entraîner dans de nombreuses configurations, tester nos modes de fonctionnement, nos procédures … c’était un peu notre répétition générale avant le jour J » explique Fabien, cadre technique combustible déchets. Il ajoute : « Les scénarios que nous avons programmés font partie de la feuille de route de professionnalisation de chaque membre de l’équipe combustible. »

Un plan d’entrainements de très haut niveau 🏋​​​​​​

​​​La première semaine a été consacrée à une formation poussée, en présence du constructeur des machines de manutention et du basculeur, REEL.

Ont suivi deux semaines d’entrainements intenses, en 2x8 pour jouer un maximum de scénarios et s’entrainer dans les conditions les plus contraignantes possibles : « Chaque scénario a été joué en équipe et nous nous sommes entrainés en mode automatique, en mode manuel, mais aussi dans des situations plus contraignantes comme des simulations de pertes d’alimentations électriques » explique Fabien.

La dernière semaine était dédiée à un entrainement unique et jamais réalisé auparavant : la mise en sûreté d’un assemblage combustible lors d’une perte totale d’alimentations électriques. « Ce scénario était une première, il était basé sur un retour d’expérience post Fukushima et une recommandation de l’IGSNR*. L’objectif était de mettre l’assemblage dans une position sûre alors qu’aucune alimentation électrique ne fonctionnait. Nous avons réalisé ces essais en poste de nuit, dans le noir total et sans aucun aléa, c’est un bilan très positif !» conclut Fabien.

L’heure du chargement approche et d’ici là les équipes combustibles continueront leur professionnalisation en réalisation des immersions dans d’autres centrales du parc. Un dernier entraînement, sur site, sera également réalisé à quelques semaines du chargement.

* Inspection générale pour la sûreté nucléaire et la radioprotection (IGSNR)