Retour à l'accueil de la centrale

Vie industrielle : synthèse des événements déclarés à l'Autorité de sûreté nucléaire - mois d’août et septembre 2022

En août, la centrale de Dampierre-en-Burly n’a déclaré aucun événement significatif à l’autorité de sureté nucléaire.  En septembre, la centrale de Dampierre-en-Burly a déclaré 4 événements significatifs de sûreté de niveau 0 (écarts) et 1 événement significatif environnement à l’autorité de sureté nucléaire.


Evénements significatifs de sûreté : unité de production N°1

04/09/2022 : Le 3 septembre 2022, une opération de maintenance sur une vanne du circuit de refroidissement du réacteur est programmée. Afin d’effectuer la vidange de ce circuit, les intervenants doivent ouvrir une vanne qui traverse l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur. Lors de la réalisation de l’activité, plusieurs vannes sont ouvertes puis refermées ou déconnectées sans que cela ne soit prévu dans le dossier d’intervention. Après analyse, il apparait un défaut dans la préparation et la réalisation du dossier d’intervention qui a conduit la direction de la centrale de Dampierre-en-Burly à déclarer, le 4 septembre 2022, à l’autorité de sureté nucléaire un écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations.

08/09/2022 : Le 8 septembre 2022, une série d’essais sur des clapets doivent être réalisés alors que le réacteur est à l’arrêt. Ces essais nécessitent la mise en pression à 68 bars du circuit primaire, une limite de pression maximum étant fixée par les spécifications techniques d’exploitation (STE) à 70 bars. De 16h25 à 16h45, l’opérateur va faire varier la pression de 67 à 69,8 bars en se référant à un indicateur relatif présent en salle de commande, avant de la faire redescendre en dessous de 69 bars à 16h48, ce qui correspond à la conduite à tenir prévus par les STE. Toutefois, un second indicateur absolu va relever une pression maximale atteinte de 70,8 bars durant 7 minutes pendant l’essai. Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’autorité de sûreté nucléaire.

21/09/2022 : Une opération de maintenance sur les tambours filtrants de l’unité de production n°2 est prévue (les tambours filtrants servent à filtrer l’eau prélevée dans la Loire et sont placés côte à côte de ceux de l’unité de production n°1). Pour sa réalisation, le matériel est consigné, ce qui le rend indisponible. Au lancement de l’intervention, pour trouver la commande de mise en rotation manuelle, les intervenants vont ouvrir le panneau de contrôle du tambour filtrant de l’unité de production n°1, ce qui a pour effet de déclencher une alarme en salle de commande et de le rendre indisponible à son tour. Cette indisponibilité cumulée des deux tambours filtrants n’est pas permise par les spécifications techniques d’exploitation. Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’autorité de sûreté nucléaire.

24/09/2022 : lors de la réalisation d’un essai périodique, il est détecté qu’un matériel permettant l’appoint en eau de la piscine combustible, situé dans la partie nucléaire de l’installation, est inutilisable. Si des moyens redondants d’approvisionnement en eau existent, les spécifications techniques d’exploitation (STE) imposent sa réparation sous 7 jours. Dès la détection, une opération de maintenance a été réalisée afin de retrouver la disponibilité de ce matériel.  Toutefois, il apparait que ce matériel a pu être inutilisable depuis la dernière intervention, le 8 août 2022, ce qui dépasse le délai de 7 jours fixé par les STE.  Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’autorité de sûreté nucléaire.

Unité de production N°2, 3 et 4 : Aucun événement significatif de sureté déclaré


Evénement significatif environnement

Dépassement d'un seuil réglementaire sur une valeur calculée de concentration en légionelles