Retour à l'accueil de la centrale

Vie industrielle : synthèse des événements déclarés à l'Autorité de sûreté nucléaire en juin 2023

En juin 2023, la centrale de Dampierre-en-Burly a déclaré 7 événements significatifs de sûreté de niveau 0 (écarts) à l’Autorité de sûreté nucléaire. 

 

Unité de production N°1 

Déclaré le 9 juin 2023 :   le 5 juin 2023, à la fin de l’arrêt pour maintenance de l’unité de production n°1, des essais sont réalisés en préparation de la phase de redémarrage. À cette occasion, les équipes de conduite du réacteur constatent qu’une grappe de contrôle* est bloquée sans avoir atteint la hauteur prévue, ce qui n’est pas permis par les spécifications techniques d’exploitation. 

Cette situation a imposé la mise à l’arrêt du réacteur sous une heure. Celle-ci va être effective en 55 minutes.

Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’Autorité de sûreté nucléaire.

* Grappe de contrôle : « Pièce mobile » constituée de matériau neutrophage servant à contrôler, réguler voire stopper l’activité du réacteur

 

Déclaré le 20 juin 2023 :  le 14 juin 2023 à 16h00, les équipes de terrain constatent un défaut sur un capteur de régulation du débit d’eau des générateurs de vapeur. Une intervention est réalisée à 17h15 pour isoler le capteur en défaut. Elle détecte également un décalage sur un second capteur. À 23h15, les équipes de conduite engagent conformément aux spécifications techniques d’exploitation (STE) la mise à l’arrêt du réacteur de l’unité de production n°1. 

 Après analyse, il apparaît que le premier capteur a été indisponible du 13 juin 2023 à 23h50 au 14 juin à 17h26 ce qui n’est pas permis par les STE.

Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’Autorité de sûreté nucléaire.

Unité de production N°2 

Déclaré le 13 juin 2023 : le 20 mai 2023, lors d’un essai périodique sur le système de ventilation du bâtiment électrique, il apparait un défaut sur le système manuel de réglage du débit d’air (la régulation automatique restant disponible).

Dans cette situation, les spécifications techniques d’exploitation prévoient une réparation sous 14 jours. Ce point est respecté, la remise en conformité ayant lieu le 30 mai, mais également une surveillance de la température des locaux.

Cette surveillance spécifique n’ayant pas été respectée, la centrale a déclaré un écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, à l’Autorité de sûreté nucléaire.

 

Déclaré le 28 juin 2023 : en juin 2022, les équipes de la centrale remplacent des capteurs dans les puisards* du bâtiment réacteur de l’unité de production n°2. Les dimensions de la platine de fixation des nouveaux capteurs étant différentes, les anciens trous de fixation sont laissés apparents au niveau de la caissette de filtration.

En avril 2023, la même modification est réalisée dans les puisards du réacteur de l’unité de production n°1 et la présence des trous dans la platine de fixation est immédiatement remontée. L’analyse réactive de la situation montre que, s’ils n’empêchent pas le bon fonctionnement des système liés aux puisards, ils constituent un écart aux règles de conformité et sont donc immédiatement rebouchés.

Compte tenu de l’intervention faite en novembre 2022 sur l’unité de production n°2, mais où, la présence des anciens trous de fixation n’a pas été pris en compte, la centrale a déclaré un écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, à l’Autorité de sûreté nucléaire.

 

Unité de production N°3 

Déclaré le 22 juin 2023 :  le 20 juin, l’unité de production n°4 est en arrêt pour maintenance. Des opérations d’exploitation sont prévues par les agents de terrain, notamment la fermeture d’une vanne sur le circuit de réfrigération.

À 18h20, l’intervenant en charge de cette opération va fermer la vanne du circuit de réfrigération de l’unité de production n°3 à la place de la vanne de l’unité de production n°4 ce qui n’est pas permis par les spécifications techniques d’exploitation.

Les opérateurs présents en salle de commande détectent immédiatement la fermeture de la vanne et à 18h25, remettent le circuit en conformité.  

Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’Autorité de sûreté nucléaire.

 

Unité de production N°4

Déclaré le 9 juin 2023 :  fin mai, un essai périodique d’un des groupes électrogènes de secours est initié. Lors du test, certains paramètres ne sont pas conformes aux règles générales d’exploitation. Un second essai est réalisé le 1er juin et les résultats ne permettent pas de justifier l’absence d’atteinte des critères des règles générales d’exploitation.

L’unité de production n°4 est alors mise à l’arrêt conformément aux spécifications techniques d’exploitation. Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’Autorité de sûreté nucléaire.

 

Déclaré le 27 juin 2023 : le 23 juin 2023, l’unité de production est en arrêt programmé pour maintenance. Un test doit être réalisé sur une vanne d’un circuit de sauvegarde du bâtiment réacteur. Pour ce test, une seconde vanne doit être positionnée en position ouverte afin de respecter les spécifications techniques d’exploitation. Au lancement du test, il apparaît que la vanne n’a pas été positionnée en position ouverte en amont comme prévu.

Cet écart de niveau 0 sous l’échelle INES, sans impact réel sur la sûreté des installations, a été déclaré par la centrale à l’Autorité de sûreté nucléaire.