Retour à l'accueil de la centrale

En 2019, une défaillance sur le moteur d’une des pompes du circuit de refroidissement à l’arrêt (RRA) est identifiée sur le réacteur n°1 de la centrale du Tricastin. Cette défaillance est due à la dégradation de l’isolant d’un câble de liaison interne, en raison d’une courbure prononcée du câble. La centrale du Tricastin a déclaré cet évènement à l’Autorité de sûreté nucléaire 06/02/2020 au niveau 0 sous l’échelle INES.
 
EDF décide de mener une campagne de contrôles sur l’ensemble de ses réacteurs potentiellement concernés par cette anomalie (seuls les réacteurs du palier CPY* sont concernés en raison de spécificités techniques et/ou de configuration).
 
Les analyses menées par les équipes d’EDF ont révélé que la configuration des câbles de liaisons électriques internes des moteurs des pompes RRA du palier CPY n’était pas prise en compte par le dossier de qualification en raison de la présence de liaisons coudées.
 
Cet événement n’a pas eu de conséquences sur la sûreté des installations. Par ailleurs, EDF a d’ores et déjà contrôlé et mis en œuvre un programme de surveillance des moteurs potentiellement concernés et a garanti leur fonctionnement sur le cycle d’exploitation qui suit. Un programme de mise en conformité des matériels a été lancé. Deux moteurs RRA sur les réacteurs 1 et 4 de la centrale du Tricastin ont déjà été mis à niveau. La programmation des travaux sur les moteurs restants du palier CPY* est en cours.
 
Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire le 20/05/2021 comme évènement significatif sûreté générique pour les réacteurs du palier CPY*, au niveau 0 sous l’échelle INES qui en compte 7.
 
* Vingt-huit réacteurs de 900 MWe au Blayais, à Chinon, à Cruas-Meysse, à Dampierre-en-Burly, à Gravelines, à Saint-Laurent-des-Eaux et au Tricastin.