Retour à l'accueil de la centrale

2021 a été une année particulièrement dense sur le plan industriel, avec deux gros arrêts programmés, dont une visite décennale sur l’unité de production n°1. En cumulé, les deux arrêts de l’année 2021 ont comptabilisé plus 20 000 activités de maintenance. Objectif : renforcer encore la sûreté des installations.

Tous les dix ans, chaque réacteur fait l’objet d’une visite décennale. Il s’agit d’un arrêt exceptionnel par l’ampleur des contrôles et des travaux réalisés qui constitue un temps fort de la vie d’une centrale nucléaire. Outre le renouvellement du combustible et la réalisation  d’opérations de maintenance, des contrôles spécifiques et des modifications de matériels sont également réalisés pour encore améliorer le niveau de sûreté de l’installation. A l’issue, l’Autorité de sûreté nucléaire est amenée à prononcer, comme le prévoit la réglementation française lors de tout arrêt décennal, son avis pour une autorisation d’exploiter l’unité de production durant les dix prochaines années.

  • 2 400 intervenants simultanés au pic de l'arrêt

  • 11 400 activités de maintenance au planning

  • 3 épreuves réglementaires de sûreté

Les contrôles préventifs approfondis sur les tuyauteries de circuits annexes au circuit primaire de l’unité 1 ont permis de détecter la présence de micro-fissures aux abords de soudures d’un circuit de sauvegarde (utilisé en cas d’accident). Les mêmes contrôles ont été réalisés sur l’unité 2, en anticipation de ceux initialement programmés en 2022.
Au total, la maintenance programmée et les contrôles menés en fin d’année ont limité la production annuelle de la centrale à 12,37 TWh en 2021, contre en moyenne 19 TWh les années précédentes.

A noter également en 2021
L’année 2021 a également été mise à profit pour réaliser d’importantes avancées dans le programme post- Fukushima. La construction du nouveau bâtiment de gestion de crise (le Centre de crise local) a ainsi débuté, pour une mise en service opérationelle en 2023.
L’ASN a par ailleurs donné son accord pour la réalisation de forages dans les eaux de la nappe phréatique,permettant d’avoir une source d’eau supplémentaireutilisable en cas d’accident.

Territoire
Indépendamment du contexte sanitaire, la centrale de Civaux a apporté son soutien continu à l’emploi, en particulier des jeunes, avec 19 embauches réalisées en 2021, dont 13 issues de stage ou d’alternance. Quelque 114 stagiaires et alternants ont été accueillis sur le  site en 2021, un record. En termes économiques, la centrale de Civaux a activement contribué au soutien de l’économie locale, en passant 3,1 millions d’euros de contrats auprès d’entreprises de la Vienne. En termes d’impôts, taxes et redevance, un peu plus de 56 millions d’euros ont été versés en 2021, dont environ 50% reveviennent aux collectivités locales et territoriales.

Le programme de soutien à l’emploi des jeunes en milieu rural «100 chances 100 emplois» s’est poursuivi avec la réalisation de deux SAS en 2021, dont l’un autour du soutien à l’emploi des personnes en situation de handicap, en présence de Dimitri Pavadé, vice champion paralympique de saut en longueur.

Cap sur 2022
2022 sera une année au programme industriel toujours très dense, avec la poursuite des contrôles et expertises sur les deux unités de production actuellement à l’arrêt, ainsi que la finalisation de la visite décennale de l’unité n°1. L’arrêt de l’unité n° 2 sera également mis à
profit pour démarrer dès la première partie de l’année des activités programmées sur sa visite décennale, initialement prévue à partir du deuxième semestre 2022.
Par ailleurs, une évaluation internationale d’envergure sur la sûreté, programmée de longue date, sera réalisée par des pairs de l’industrie nucléaire pendant trois semaines au mois de juin.