Retour à l'accueil de la centrale

Le pilotage d’un réacteur s’inscrit dans un cadre de prescriptions, parmi lesquelles les spécifications techniques d’exploitation (STE). Celles-ci indiquent notamment la température moyenne attendue pour l’eau du circuit primaire principal au regard de la puissance fournie par l’installation.
Le 13 août 2021, alors que le réacteur 2 est en phase de remontée en puissance après plusieurs mois d’arrêt pour des opérations de maintenance, les opérateurs en salle de commande ont constaté une température moyenne de référence de l’eau du circuit inférieure d’environ 5 degrés (sur un peu plus de 300°C) à celle attendue. Cette température a constitué un dépassement du seuil de température basse des STE.
Cette température basse avait pour origine une implantation incomplète de paramètres informatiques de pilotage modifiés quelques mois auparavant dans le cadre des opérations d’exploitation du réacteur.
Les paramètres adéquats ont été réimplantés après l’observation de cette température trop basse.
Cet événement n’a pas eu d’impact réel sur la sûreté de l’installation : le réacteur était à l’arrêt pendant la période d’implantation incomplète des paramètres informatiques et, pendant la période de redémarrage, l’écart de température est sans incidence en l’absence d’événement d’exploitation nécessitant un mouvement automatique et rapide des grappes de commande du réacteur.
La centrale nucléaire de Civaux a déclaré ce non-respect des spécifications techniques d’exploitation le 18 août à l’Autorité de sûreté nucléaire comme un événement significatif de sûreté de niveau 1 (anomalie) sur l’échelle INES, qui en compte 7.