Retour à l'accueil de la centrale

Une visite partielle, ça consiste en quoi ?

Durant son cycle de fonctionnement, une centrale nucléaire connaît deux temps forts : la période de production et la période d’arrêt pour maintenance.

La visite partielle est le nom donné à l’un des trois types d’arrêts pour maintenance que l’on retrouve sur une centrale nucléaire. Cette période permet de réaliser d’importantes opérations de maintenance périodique et de contrôles. Elle fait partie du cycle normal de vie de nos centrales. C’est notamment au cours de ces épisodes de maintenance que la fiabilité et la sécurité des centrales sont pérennisées et améliorées.

Les activités de maintenance sont planifiées en détails plusieurs mois en amont de leur réalisation. Cette tâche est assurée par le « chargé de planification ». Découvrez ce métier, avec Pauline, chargée de planification à la centrale de Chooz en cliquant ici !

Plongée au cœur de la maintenance

Une campagne de radiographie en cours dans la salle des machines

Au cœur de la salle des machines, dans la partie non-nucléaire des installations, un important programme de contrôles radiographiques des soudures a marqué la première semaine de maintenance. En charge de ces chantiers de vérification, nous retrouvons les équipes des entreprises HORUS et Institut de Soudure, spécialisées dans les tirs radiographiques, une technique permettant d’effectuer des contrôles non-destructifs.

À l’image d’une radiographie médicale, les équipes en charge de ces tirs radiographiques, également appelés tirs gammagraphiques, utilisent un rayonnement gamma afin de visualiser le cœur de la matière des tuyauteries sans causer de détérioration. Cette campagne vise à répérer au plus tôt d’éventuels défauts d’homogénéité dans le métal des soudures nécessitant un contrôle périodique. Elle permet aussi de s’assurer de la conformité des soudures ayant été récemment modifiées.

Ces opérations techniques et rigoureuses mobilisent d’autres partenaires industriels de la centrale, comme l’entreprise ENDEL, en charge de préparer le chantier, et sont effectuées de nuit, lorsque la salle des machines a été désertée. Au total 17 tirs gammagraphiques sont prévus lors de cette campagne de contrôle qui prendra fin dans les jours à venir.

 

Un chantier pour la sûreté, au cœur du bâtiment réacteur

Dans la partie nucléaire des installations, nous retrouvons l’impressionnant chantier de remplacement des parties hydrauliques des groupes de motopompes primaires.
Composants essentiels à la sûreté des installations, ces groupes de motopompes assurent la circulation de l’eau permettant de refroidir le cœur du réacteur. Ce chantier clé de la visite partielle est réalisé par l’entreprise Framatome, partenaire de la centrale, et mobilise l’intervention de nombreux métiers. Entre déconnexion et dépose du moteur, contrôle et remplacement des matériels, les équipes doivent s’organiser et se coordonner afin d’enchaîner parfaitement les différentes phases d’activités de ce chantier d’envergure !