Retour à l'accueil de la centrale

Arrêt intempestif d’une ventilation lors d’une opération de consignation

Le 28 février 2022, les équipes d’exploitation de la centrale réalisent une opération de consignation sur le système de ventilation générale du bâtiment des auxiliaires nucléaires de l’unité n°2. Durant l’activité, une alarme indiquant l’atteinte de la température minimum de l’air (3°C) apparaît en salle de commande, entraînant l’arrêt automatique de la ventilation. Cette ventilation permet notamment de maintenir des conditions ambiantes normales pour le fonctionnement des équipements et l’accès du personnel en zone nucléaire.  La remise en configuration de l’installation est réalisée afin de retrouver la température minimale et redémarrer la ventilation dans les meilleurs délais. Après analyse de l’événement, il s’avère qu’une inétanchéité dans l’une des lignes de soufflage de la ventilation a provoqué l’aspiration d’air froid extérieur sans réchauffage par l’échangeur qui venait d’être consigné. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire comme significatif pour la sûreté le 2 mars 2022 au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

 

Défaut sur un disjoncteur ayant entraîné le démarrage d’un diesel de sauvegarde

Le 3 mars 2022, le réacteur de l’unité de production n°1 est en arrêt dans le cadre de sa visite partielle, son cœur est complètement déchargé de son combustible. Les travaux de maintenance sur les matériels situés dans la voie A* de l’installation étant terminés, les équipes se préparent à initier les travaux sur la voie B*. Pour cela, un basculement d’alimentations de tableaux électriques est requis. Le 4 mars, l’équipe d’exploitation lance les opérations de raccordement de l’alimentation électrique vers le transformateur auxiliaire. Le premier disjoncteur s’ouvre normalement mais le second ne se ferme pas comme attendu. Une alarme apparaît alors en salle de commandes. Le manque de tension dû à la non-fermeture du disjoncteur a entraîné le démarrage automatique du diesel de sauvegarde, permettant de réalimenter rapidement les matériels de la voie B. Le disjoncteur a ensuite été fermé manuellement, permettant son raccordement au transformateur auxiliaire.  En raison de ce défaut sur le disjoncteur dont l’origine reste à déterminer, plusieurs matériels de la voie B ont été considérés comme indisponibles durant quelques minutes. Les circuits de la voie A étaient quant à eux pleinement disponibles. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire comme significatif pour la sûreté le 8 mars 2022 au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

*Au sein d’une centrale nucléaire, tous les matériels et circuits importants sont doublés, c’est ce qu’on appelle la redondance. En cas de dysfonctionnement d’un des circuits (voie A), le second (voie B) prend le relais de manière automatique pour assurer la fonction. De plus, dès la conception, les ingénieurs ont mis en place sur certains circuits de sauvegarde, le principe de diversification technologique : si la première pompe est électrique, la deuxième sera alors thermique. Et ça, pour les deux voies.

 

Non-respect du délai de remise en conformité de la sectorisation incendie d’une ventilation

Le 10 janvier 2022, une défaillance sur la résistance d’une gaine du système de ventilation du bâtiment des auxiliaires nucléaires de l’unité n°1 entraine son échauffement ainsi qu’un dégagement de fumée. Les équipes de la centrale interviennent immédiatement et coupent l’alimentation de la cellule électrique. L’échauffement ayant entraîné la déformation des joints sur les clapets coupe-feu de la ventilation, la sectorisation incendie de cette dernière n’était plus assurée. Les réparations étaient à réaliser dans un délai de 14 jours, conformément au référentiel incendie de la centrale. Devant l’impossibilité de procéder à ces réparations dans ce délai, un délai de réparation supplémentaire est alors accordé moyennant la mise en place de mesures compensatoires. Cet événement a été déclaré comme significatif pour la sûreté à l’Autorité de sûreté nucléaire le 30 mars 2022 au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.