Retour à l'accueil de la centrale

ÉVÉNEMENTS SÛRETÉ :

 

Défaut de consignation lors de la pose de tapes légères sur les générateurs de vapeur

Le 25 août 2022, des « tapes légères » sont posées dans les générateurs de vapeur de l’unité n°2 en amont d’une intervention. Ces obturateurs permettent de prévenir la potentielle introduction de corps étrangers dans les boîtes à eau des générateurs de vapeur lors d’opérations de maintenance. Alors que les tapes sont posées, le chef d’exploitation remarque que la consignation administrative de certains matériels préalable à cette activité n’a pas été demandée comme requis dans les procédures. Celle-ci permet notamment de prévenir le risque de pressurisation du circuit qui pourrait conduire à la détérioration des obturateurs. Dès la détection de ce défaut, la consignation a été immédiatement réalisée. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire comme significatif pour la sûreté le 30 août 2022 au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

 

Remise en conformité tardive d’une consignation

Le 23 août 2022, un intervenant doit réaliser des travaux au niveau d’un compartiment de la piscine, dans le bâtiment réacteur de l’unité n°2. Cette intervention nécessite de suspendre temporairement la condamnation de la porte permettant d’accéder au compartiment. Avant de débuter son chantier, il est rappelé à l’intervenant de prévenir la salle de commande à la fin de son activité afin de pouvoir rétablir immédiatement la consignation de la porte. Une fois le chantier réalisé, l’intervenant referme la porte mais oublie d’en informer la salle de commande. La condamnation n’a donc été rétablie qu’en soirée, après la détection de cet oubli par les équipes de la centrale. Cet événement a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire comme significatif pour la sûreté le 31 août 2022 au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.

 

ÉVÉNEMENT RADIOPROTECTION :

Déclenchement d'alarme sur Débit d'Equivalent de Dose (DeD) sur un chantier de tirs radiographiques en zone nucléaire

Le 25 août 2022, lors de la réalisation de tirs radiographiques sur une tuyauterie du générateur de vapeur de l’unité n°2, un radiologue d’une entreprise partenaire décide de modifier sa zone de repli, sans valider ce changement d’emplacement avec le Service Prévention des Risques. La zone de repli initialement tracée pour le chantier était validée afin d’éviter toute exposition et de permettre une évacuation sûre en cas de besoin. Lors de son intervention dans la zone modifiée, l’intervenant entend sonner son dosimètre, indiquant l’atteinte du seuil d’exposition maximal autorisé. Il se dirige immédiatement vers la sortie. L’intervenant a intégré une dosimétrie de 0,009 millisieverts (mSv) pour une limite annuelle fixée à 20 mSv sur douze mois glissants par la réglementation.

Cet événement qui n’a pas d’incidence sur le respect des limites maximales d’exposition admissibles en limite de zone d’opération, a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire comme significatif pour la radioprotection le 31 août 2022 et classé au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7.