Retour à l'accueil de la centrale

Le 27 octobre 2021, la centrale nucléaire de Chooz a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive du dépassement d’un délai de réalisation d’un essai périodique du réacteur 1.

Conformément aux règles générales d’exploitation, un essai périodique du système de mesure de la puissance nucléaire dans le réacteur doit être réalisé tous les 30 jours de production de l’unité, avec une tolérance de 3 jours, et dans le respect de la limite de 60 jours calendaires.

Le 10 août 2021, les équipes d’exploitation réalisent un essai périodique de ce système. L’essai suivant aurait donc dû être réalisé avant le 9 octobre pour respecter l’échéance calendaire prescrite.
 
L’unité de production n°1 a été arrêtée du 4 septembre au 6 octobre 2021 pour optimiser la gestion du combustible contenu dans le réacteur. Du fait de cet arrêt, les équipes d’exploitation de la centrale ont réalisé l’essai périodique dès le redémarrage du réacteur, le 13 octobre 2021, dans le respect des 33 jours de production, mais au-delà du délai des 60 jours calendaires, sans que ce dépassement ne soit détecté.
 
Or, l’atteinte de l’échéance des 60 jours calendaires aurait dû amener les équipes à appliquer, dès le 9 octobre 2021, la conduite à tenir demandée par les spécifications techniques d’exploitation.
 
Cet événement n’a pas eu d’impact réel sur la sûreté de l’installation. Néanmoins, en raison de la détection tardive de ce non-respect des spécifications techniques d’exploitation, la centrale a déclaré le 27 octobre 2021 à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif de sûreté de niveau 1 (anomalie) sur l’échelle INES, qui en compte 7.
 
* Le pilotage d’un réacteur s’inscrit dans un cadre de prescriptions, parmi lesquelles les spécifications techniques d’exploitation (STE), qui recueillent l’ensemble des règles à respecter pour la conduite des installations.