Retour à l'accueil de la centrale

Mis à jour le 16/11/2022

Reconnexion du réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Chinon

Lundi 14 novembre à 13h10, l’unité de production n°3 a été reconnectée au réseau électrique national.

L’unité avait été mise à l’arrêt le samedi 19 février dernier pour la réalisation de contrôles préventifs sur les circuits auxiliaires du circuit primaire principal dans le cadre du phénomène de corrosion sous contrainte. Lors de cet arrêt, de nombreuses soudures et tronçons de tuyauteries ont fait l'objet d'expertises pendant plusieurs semaines. Un unique défaut a été identifié sur une soudure, datant de la fabrication des circuits. Les équipes EDF et prestataires ont réalisé les opérations de remplacement de tuyauteries.

Après des contrôles et essais réglementaires sans réserve, l’unité de production a été redémarrée et produit de l’électricité en toute sûreté.

Les unités de production n°1, 2 et 4 sont connectées au réseau national.

Mis en ligne le 19/02/2022

Le 15 décembre 2021, EDF a indiqué dans un communiqué de presse avoir détecté, lors de la deuxième visite décennale du réacteur n°1 de Civaux, un endommagement de l’acier inoxydable d’une portion de tuyauterie sur les lignes du circuit de sauvegarde d’injection de sécurité (RIS).
Les contrôles par ultrasons réalisés sur ce circuit ont mis en évidence des défauts à proximité de deux soudures situées en amont et en aval d’un coude sur les quatre lignes que comporte le circuit d’injection de sécurité. Aucun défaut n’avait été identifié lors des contrôles réalisés lors de la première décennale en 2011.

Des portions de tuyauteries ont été prélevées et les expertises, réalisées au LIDEC, ont permis de confirmer que les défauts constatés sur le réacteur de Civaux 1 sont liés à un mécanisme de dégradation qui fait intervenir simultanément le matériau et ses caractéristiques intrinsèques, les sollicitations mécaniques auxquelles il est soumis et la nature du fluide qui y circule.

C’est un phénomène connu dans l’industrie et appelé « corrosion sous contrainte ». Il peut être détecté par la réalisation de contrôles spécifiques par ultra-sons, tels que ceux menés de manière préventive par EDF lors des visites décennales de ses réacteurs.

Un programme de contrôles sur l’ensemble du parc nucléaire a été lancé, intégrant, au fur et à mesure, les enseignements tirés des premières expertises réalisées.

L’analyse de 72 fiches de résultats d’examens non destructifs réalisés lors des dernières visites décennales des 56 réacteurs du parc nucléaire et les résultats des dernières expertises en laboratoire, conduisent EDF à établir la liste priorisée des réacteurs sur lesquels des contrôles seront repris avec des moyens optimisés et la prise en compte du retour d’expérience de Civaux et Penly :

  • dans les 3 mois, lors de leurs arrêts programmés : Bugey 3, Flamanville 1 et Flamanville 2
  • dans les 3 mois, lors d’un arrêt spécifique : Chinon 3, Cattenom 3 et Bugey 4

L’unité de production n °3 a donc été arrêtée cette nuit à 0h30 pour mener les contrôles nécessaires.
L'unité de production numéro 4 est actuellement en arrêt programmé pour visite partielle depuis le 4 février dernier.
Les unités de production n° 1 et 2 sont à disposition du réseau électrique.

Lien vers la note d’information « Phénomène de corrosion sous contrainte détecté sur des portions de tuyauteries, situées sur un circuit annexe du circuit primaire principal de plusieurs réacteurs nucléaires» : https://www.edf.fr/groupe-edf/agir-en-entreprise-responsable/notes-information