Retour à l'accueil de la centrale

Le 11 octobre 2021, à l’occasion d’un contrôle sur la qualité de l’eau présente dans les générateurs de vapeur de l’unité de production n°3 (partie secondaire), les chimistes de la centrale de Cattenom constatent une incohérence dans la valeur de pH.
 
Sur une centrale nucléaire, des mesures d’activité sont réalisées en continu pour s’assurer de l’absence de transfert de radioactivité entre la partie primaire (nucléaire) et la partie secondaire (non nucléaire) du générateur de vapeur.
 
Les investigations, réalisées pour comprendre l’origine de la valeur de pH incohérente, ont révélé la présence d’eau déminéralisée dans le circuit d’une des chaînes de mesure. En effet, un circuit d’eau déminéralisée est adjacent au circuit de prélèvement afin de pouvoir procéder à des rinçages de ce dernier. La présence d’eau déminéralisée dans le circuit de prélèvement a entraîné une dilution, ne permettant pas de réaliser une mesure fiable de l’activité réellement contenue dans l’eau du circuit. La vanne du circuit d’eau déminéralisée a aussitôt été fermée, diminuant le débit présent dans la chaîne de mesure et conduisant à son indisponibilité. Les équipes de conduite ont alors procédé à la remise en configuration du circuit et de la chaine de mesure. Une analyse a été réalisée et a confirmé le retour d’une valeur pH conforme.
 
De manière conservative la centrale de Cattenom a considéré que la chaine de mesure était indisponible depuis la dernière manœuvre réalisée sur le circuit le 24 juillet 2021.
 
Cet événement n’a pas eu d’impact réel sur la sûreté des installations puisqu’un autre système redondant permettant de contrôler l’absence d’activité dans l’eau du circuit secondaire était pleinement opérationnel. Néanmoins, en raison de sa détection tardive, la centrale de Cattenom a déclaré cette indisponibilité le 18 octobre 2021 à l’Autorité de sûreté nucléaire comme événement significatif de sûreté de niveau 1 (anomalie) sur l’échelle INES qui en compte 7.