Retour à l'accueil de la centrale

Le 14 août 2021, un intervenant d’une entreprise externe est intervenu dans la partie nucléaire des installations de l’unité de production n°3, actuellement à l’arrêt pour maintenance, pour une activité de découpe d’une tuyauterie. Lors des contrôles systématiques réalisés à la sortie de la zone nucléaire, le portique de contrôle radiologique a permis de détecter que l’intervenant s’est contaminé au niveau de la tête. Le salarié a été pris en charge et la poussière active à l’origine de cette contamination a été retirée rapidement.
De manière conservative, nous avons considéré que la poussière active était présente sur sa peau depuis le début de son activité. Les analyses réalisées ont permis d’estimer que l’exposition* à laquelle le salarié a été soumis est inférieure à la limite réglementaire annuelle. Ce niveau d’exposition radiologique n’a pas de conséquence sur la santé et n’implique donc aucun suivi médical particulier.
Dès la contamination découverte, des actions visant à identifier l’origine de la source de la contamination ont été engagées. Les contrôles radiologiques, réalisés dans les locaux où l’agent s’est rendu, n’ont pas montré d’anomalie particulière.
 
La dose estimée à la peau dépassant le quart de la limite annuelle réglementaire, la direction de la centrale de Cattenom a déclaré, conformément à la réglementation, un événement significatif radioprotection au niveau 1 de l’échelle INES à l’Autorité de sûreté nucléaire, le 19 août 2021.
 
* Pour les intervenants réalisant des activités en zone nucléaire, les limites réglementaires annuelles sont, pour 12 mois consécutifs, de 20 mSv pour le corps entier et de 500 mSv pour une surface de 1 cm2 de la peau.