Retour à l'accueil de la centrale

Activités, travaux, chantiers… beaucoup d’opérations sur l’ancienne centrale nucléaire en démantèlement. Afin d’informer les riverains des actualités du projet tout en offrant une visibilité concrète des activités, nos équipes sortent désormais chaque semaine la rubrique "Vie de chantier". Ce format vidéo hebdomadaire de moins d'une minute permet également valoriser nos équipes. Facile d’accès et rapide à lire, n’hésitez pas à la consulter chaque semaine !
 

Carottages sur la grande saignée

Les opérateurs de BCEN (Bouygues Construction Expertise Nucléaire) s’affairent au carottage de la grande saignée. Une étape importante pour préparer l’ouverture nécessaire au passage des équipements qui seront ultérieurement extraits du réacteur.

Le carottage, en termes simples, consiste à percer un trou à travers le béton. Afin de procéder à ces découpes, les opérateurs commencent par diviser les murs en plusieurs sections. Les voiles (murs) sont d’une épaisseur d’environ 60cm. Ils percent des trous, appelés carottages, aux quatre coins de chaque section. Ils utilisent une carotteuse et une cloche d’un diamètre de 52mm qui fonctionnent de la même manière qu’une perceuse (pour un voile délimité en 6 sections il y aura 12 carottages nécessaires). Ce qui distingue cette technique du simple perçage, c’est le diamètre bien plus large de l’orifice. Une fois cette opération terminée, les intervenants procèdent aux découpes à l’aide d’une scie à câble. Le câble en diamant tourne à l’aide d’une machine, cette rotation additionnée à la tension du câble, découpe le voile en blocs. Des cales en acier sont utilisées pour soutenir les blocs lors de la découpe afin d'éviter un affaissement. Les opérateurs répètent alors cette opération pour chaque carottages horizontaux et verticaux. Les blocs ainsi formés sont prêts à être transportés.

Pour effectuer cette opération, des équipements spécifiques sont requis, notamment une carotteuse, un masque à cartouche et une tenue de protection où la peau n’est pas exposée afin d’éviter tout risque d’exposition à la silice. Pour accéder à la zone de travail, un échafaudage de 11 mètres a dû être installé. Sur ce type d’activité en hauteur la sécurité est primordiale. Les opérateurs sont équipés de harnais afin de monter sur l’échafaudage. Cependant, la risque de chute n’est pas le seul. Le risque plomb est présent sur ce chantier. Les opérateurs sont contraints de prendre des mesures de protection et de découper le plomb en amont avant de procéder au découpage de la saignée. Cela nécessite la mise en place de SAS pour éviter la dispersion de poussière, et, par conséquent, toute contamination.

Ferraillage et coffrage du local 402

Lors des travaux de démantèlement complet, le local 402 servira de zone de repli et de maintenance pour les robots téléopéré qui interviendront dans le bloc réacteur. Il est donc nécessaire de réhabiliter ce local avant le début des opérations de démantèlement complet.

« Pour déconstruire il faut construire » souligne Paul Dieu, chargé d’affaire travaux sur le site de Brennilis.

L’entreprise BCEN (Bouygues Construction Expertise Nucléaire) intervient cette semaine dans local 402 de l’enceinte réacteur. L’objectif est de reboucher les ouvertures existantes dans le voile et de s'assurer de la solidité de ce dernier avant de couler le béton. Les opérateurs réaliseront ensuite un coffrage. Le coffrage agit comme un moule pour le béton. Une des étapes suivantes de la réhabilitation du local 402 consiste à réaliser le coffrage du plancher.

DROSERA : avancement des travaux

Au cours de cette semaine, l’entreprise LOY a travaillé sur la pose de la verrière du bâtiment administratif qui accueillera les salariés début 2024.

Mais également sur :

  • L'électrification du bâtiment en passant les câbles et les gaines électriques à travers les murs.
  • La finition des cloisons en achevant la construction du vestiaire de l’aile droite du bâtiment.
  • L’isolation du bâtiment afin de garantir aux salariés un environnement de travail optimal.

​​​​​​​

​​​​​​​L'hebdo en image