Retour à l'accueil de la centrale

Les unités de production de la centrale nucléaire de Belleville sont équipées d’aéroréfrigérants qui permettent d'évacuer, sous forme de vapeur d'eau, une partie de la chaleur produite par les réacteurs et de limiter ainsi l'impact des rejets thermiques sur les rivières.

L’eau de la Loire utilisée dans le circuit de refroidissement des réacteurs de Belleville contient naturellement des micro-organismes. Ceux-ci  se développent dans les installations où la température de l’eau est comprise entre 25 °C et 50 °C. Certaines espèces de légionnelles (Legionella pneumophila) font partie de ces micro-organismes.

Les concentrations en légionnelles dans les circuits de refroidissement des centrales nucléaires sont encadrées par des seuils réglementaires et font l'objet d'une surveillance régulière par EDF. Pour la légionnelle potentiellement pathogène Legionella pneumophila, la réglementation fixe une limite de 100 000 UFC/litre.

Le 24 juin 2022, une analyse bihebdomadaire est effectuée dans l’aéroréfrigérant de l’unité 1 de Belleville.

Le résultat d’analyse, reçu le 04 juillet 2022, met en évidence un taux en légionnelles de 330 000 UFC/litre.

Cet événement n’a eu aucun impact réel sanitaire ou environnemental. En raison du dépassement du seuil réglementaire de concentration en légionnelles, la direction de la centrale nucléaire de Belleville sur Loire a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire, un Evénement significatif pour l’environnement (ESE) le 5 juillet 2022.