Depuis le 25 octobre 2018, il est interdit de naviguer sur le lac de Vassivière en raison du niveau bas du lac. Cette décision, prise par arrêté inter préfectoral (Creuse et Haute Vienne), est liée à une année 2018 marquée par une sécheresse historique.
 
Les faibles précipitations, associées à des températures élevées, ont eu pour conséquence la forte baisse des débits naturels des cours d’eau et la prise de mesures de restrictions des usages de l’eau par la préfecture de la Haute-Vienne. Dans ce contexte, les ouvrages hydroélectriques EDF jouent un rôle stratégique dans la gestion des stocks d'eau contenus dans les lacs de retenue.
 
Les barrages sont souvent mis à contribution pour, d’une part, maintenir une quantité d’eau suffisante dans la rivière (c’est le soutien d’étiage) et d’autre part, garantir un niveau d’eau dans les lacs de retenue afin de préserver les activités touristiques et de loisirs.
 
Ce soutien d’étiage en Haute-Vienne fait l’objet d’un accord entre la préfecture et EDF.

Les multiples usages de la ressource en eau

Sur la Vienne, de nombreux usages dépendent étroitement de la ressource en eau : la production d'eau potable, le fonctionnement de plusieurs industries ou des entreprises d’assainissement, l'irrigation pour les agriculteurs… Outre le maintien de la vie aquatique, les barrages hydroélectriques situés sur deux affluents majeurs de la Vienne (la Maulde et le Taurion) participent ainsi au développement économique du territoire.

 

Plus de 50 % des stocks du bassin de la Vienne utilisés pour soutenir le débit

Avant l’été, le niveau des stocks dans les retenues était proche de son maximum. Entre début juillet et aujourd’hui, EDF a utilisé plus de 50 % des réserves d’eau des retenues du Taurion et de la Maulde pour soutenir le débit de la Vienne.
 

Pour consulter le communiqué de presse : cliquer ici.

Diapositive 1 sur 0

1/0