Depuis la vidange de 1980, le barrage du Lanoux devait faire l’objet d’expertises et éventuels travaux sur les galeries habituellement immergées. Début février 2016 a eu lieu la baisse totale du niveau de la retenue permettant l’accès dans ses galeries. Malgré les conditions hivernales, la vingtaine de salariés a mené à bien l’ensemble des opérations. Les travaux se sont terminés début avril après des constats satisfaisants sur l’état des installations.

Le barrage du Lanoux est implanté à 2 200 m d’altitude dans les Pyrénées-Orientales. Il constitue le réservoir principal de l’aménagement de l’Hospitalet dans l’Ariège.

Construit entre les années 1957 et 1960, sa mise en eau totale s’est déroulée en 1962.

Ce barrage est composé d’un déversoir déporté en rive gauche, une voûte en partie centrale et une digue poids béton de fermeture en rive droite.

L’objectif de la vidange du barrage, qui a débuté le 08 février 2016, était de procéder à un assec pour inspections des parties d’ouvrages et matériels habituellement immergées et la réalisation d’éventuels travaux correctifs, dans le cadre d’une courte période en début d’hiver.

Des travaux préalables, réalisés de septembre à mi-novembre 2015, ont consisté à installer une base vie dédiée au chantier et des installations communes en galerie nécessaires à la campagne de travaux 2016.

Ces préparatifs ont été suivis d’une mise sous cocon hivernal de l’ensemble, afin de démarrer les travaux dans les meilleures conditions en février.

L’accès en galerie a été possible début février, avec un objectif de fermeture et un début de remplissage de la retenue vers la mi-avril 2016.

Les interventions réalisées dans le réseau de galeries situé à l’amont du barrage ont permis, au travers de visites par les experts d’EDF et de la DREAL (….), de qualifier l’état des bétons de très satisfaisant et de se rassurer pour de nombreuses décennies.

Quelques petits travaux de maintenance génie civil ont été réalisés à l’occasion de la vidange du barrage, avec quelques travaux de maintenance mécanique et de mise en peinture sur les vannes et les conduits du barrage.

Les différentes expertises et travaux associés ont été menés sur une courte période, en configuration hivernale, afin de prendre en compte les enjeux environnementaux (vie piscicole…) et de production (finir les travaux avant les apports de fonte de neige).

Grâce à une bonne préparation des travaux, une bonne coordination entre les services d’ingénierie d’EDF (génie civil et mécanique), l’exploitant EDF et les entreprises intervenantes, associées à une météo plutôt clémente, l’installation a été remise en service avec près de deux semaines d’avance par rapport au planning initial.