Mise à jour du 06 septembre 2022

Notre région connait une situation de sécheresse historique. Dans ce contexte, EDF a adopté une gestion anticipée, adaptée et prudente de ses retenues, depuis le début de l’année. La production d'électricité a été limitée afin de privilégier les autres usages de l'eau de ces barrages : irrigation, eau potable, protection de la biodiversité et activités touristiques

Pour l’ensemble du bassin, la situation de déficit entraine la baisse du niveau des lacs de retenue.

Point sur la situation des lacs en région Sud-PACA

Un déficit historique sur tout le bassin

Depuis plusieurs mois, la météo est marquée par de très faibles précipitations et des températures bien au-dessus des normales de saison. De +3 à +4°C vis-à-vis de la normale sur le mois de mai et jusqu’à +10°C ponctuellement. Cet épisode très chaud a conduit à une fonte rapide du manteau neigeux et ce, beaucoup plus tôt que la normale (3 semaines d’avance sur une année normale à Serre-Ponçon). Fin mai, le stock de neige avait complètement disparu.

Les apports en eau ont donc été très limités sur les barrages situés en tête de bassin comme Serre-Ponçon, sur la Durance, et Castillon, sur le Verdon. Depuis début juin, les volumes d'eau entrant dans les lacs, sont dans les valeurs les plus faibles enregistrées historiquement.

Des niveaux en baisse malgré l’utilisation limitée de la production énergétique

Compte-tenu de cette situation de déficit historique, depuis fin février, les aménagements hydroélectriques sont essentiellement utilisés pour la fourniture du débit réservé* et  les prélèvements en eau pour l'irrigation agricole, l'eau potable, l'eau industrielle. L’usage énergétique est toujours fortement limité. Compte tenu du déficit hydrique, depuis janvier 2022, la production hydroélectrique a été réduite de 60 % afin de favoriser le remplissage des retenues pour la prise en compte des autres usages de l’eau.

* Débit réservé : quantité d'eau, définie par les services de l'Etat, délivrée en aval d'un barrage pour le milieu, la faune et la flore en rivière. Ce débit d'eau est délivré 24h/24 et 7j/7.

Point de situation des grands aménagements

La situation continue d’être suivie en lien avec les services de l'Etat, les Syndicats mixtes d’aménagement de la vallée de la Durance (SMAVD) et de Serre-Ponçon (SMADESEP) pour la retenue de Serre-Ponçon et le Parc Naturel Régional du Verdon pour Castillon et Sainte-Croix ainsi que l'ensemble des partenaires et usagers de l'eau.

Serre-Ponçon :

Au mois de mai, la fonte des neiges a permis d'atteindre un niveau maximum de 774,30 m. La faiblesse du manteau neigeux et l’absence de précipitations n’ont pas permis un remplissage optimal de la retenue. Depuis début juin, le débit d’eau entrant à Serre-Ponçon est inférieur aux quantités d’eau sortantes nécessaires pour les besoins en aval : alimentation en eau des populations, irrigation, débit réservé pour préserver la biodiversité. En conséquence, le niveau de la retenue baisse et sauf épisodes pluvieux importants, il continuera de baisser.

Les canaux d’irrigation de la Basse Durance, alimentés par le canal EDF et bénéficiant en été d’un soutien par la réserve agricole de Serre-Ponçon, ont réduit leurs prélèvements en eau depuis la mi-juin.

Le Buëch :

Le niveau des retenues EDF de Saint-Sauveur, Riou et Lazer a également baissé compte tenu du faible débit entrant, du débit réservé à laisser en rivière et des prélèvements agricoles. Face à cette situation et au risque de rupture d’approvisionnement en eau pour les irrigations, plusieurs mesures ont été prises, notamment : l'adaptation du débit restitué en aval de St-Sauveur et la réduction des prélèvements en eau.  Le débit entrant dans la retenue de St-Sauveur est toujours orienté à la baisse, l’évolution de la situation est suivie de près par l’ensemble des acteurs de la rivière.

Le Verdon :

A Castillon, malgré la fonte des neiges, le remplissage optimal de la retenue pour la compatibilité touristique n’a pas pu être atteint. Depuis le 1er juillet, le débit réservé restitué dans le Verdon en aval de Chaudanne est de l’ordre de 1,5m3/s soit la valeur estivale habituellement en vigueur. Le niveau du lac a peu évolué depuis le mois de juin.

Le niveau du lac de Sainte-Croix poursuit sa tendance à la baisse compte tenu des prélèvements d’eau du Canal de Provence. Sauf épisodes pluvieux significatifs, le niveau du lac continuera d’évoluer à la baisse.

EDF, en concertation avec l’ensemble des acteurs de l’eau (pouvoirs publics, élus, associations, syndicats mixtes, ...) reste en veille constante pour adapter la gestion de ses aménagements à la situation météorologique.

 

Point sur la gestion du lac de Serre-Ponçon

Point sur la gestion du lac de Serre-Ponçon