Émissions de gaz à effet de serre

Accéder aux indicateurs de votre choix

Émissions de gaz à effet de serre

Les données présentées dans le tableau et dans l'histogramme suivants sont consolidées selon la participation d’EDF dans les sociétés du Groupe, y compris participations dans les entreprises associées et coentreprises (consolidation nette). Les données 2015 sont ramenées à cette même règle de consolidation.

Émissions de CO2

Groupe EDF – Émissions totales de CO2 dues à la production d’électricité et de chaleur

2016 2015
En M tonne 53,5 67,0
En g/kWh 82 95

Groupe EDF – Émissions spécifiques de CO2 (en g/kWh)


La baisse des émissions de CO2 du Groupe, en spécifique comme en absolue, s’explique par différentes raisons. D’une part, par un effet périmètre (1) (- 2,7 Mt) et d’autre part par la baisse de la production au charbon au Royaume-Uni (- 12,1 Mt). En effet, compte tenu d’un coût variable de production plus fort que les autres moyens de production disponibles, l’appel aux centrales à charbon a été faible. En revanche, la production nucléaire d’EDF Energy a atteint une bonne performance, avec une croissance de 7,4 % par rapport à 2015.

Par ailleurs, l’année 2016 a connu des apports hydrauliques plus importants qu’en 2015 (+ 2 606 GWh).

Le graphique suivant reprend les émissions du Groupe depuis 2006. Les données suivent ici un mode de consolidation globale, comme il était usage de se conformer dans les publications extra-financières avant 2015.

L’évolution depuis 2006 est à la baisse, avec une plus forte tendance dans les dernières trois années grâce aux efforts de diminution de la production fossile et les améliorations de performance des moyens subsistants.

(1) Cession d’une centrale à charbon en Chine, d’une centrale de cogénération à gaz en Hongrie, et une centrale CCGT au Royaume-Uni.

Groupe EDF – Émissions indirectes de CO2 associées à la combustion du gaz vendu aux clients finals

Concernant les émissions indirectes du Groupe, le gaz vendu aux clients finals représente une part très significative.
2016
En M tonne équivalent CO2 47,5

Répartition des émissions indirectes de CO2 associées à la combustion du gaz vendu aux clients finals en 2016

ÉMISSIONS DE CH4, N2O ET SF6

Outre le dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, d’autres rejets des centrales thermiques à flamme (charbon, fi oul, gaz) contribuent également au réchauffement climatique dont le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O) et l’hexafluorure de soufre (SF6). Les émissions de ces gaz sont présentées en équivalent CO2 dans le tableau suivant.

Groupe EDF – Émissions en de CH4, N2O et SF6 (en kt éq. CO2)

2016 2015
Émissions de CH4 244,4 42,7 (37,3)
Émissions de N2O 2267,1 293,9 (238,9)
Émissions de SF6 267,5 72,4 (80,3)

Les PRG – Pouvoir de Réchauffement Global – sont mis à jour en 2016 (voir la Méthodologie en page 74). Afi n d’assurer la comparabilité, les valeurs 2015 ont été recalculées et les anciennes valeurs sont présentées entre parenthèses.

Groupe EDF – Émissions en de CH4, N2O (en kt éq. CO2)

Groupe EDF – Émissions en de SF6 (en kt éq. CO2)

Les valeurs calculées avec les précédents PRG sont pour le Groupe de 80,3 kt, pour EDF de 58,6 kt et pour EDF + EDF PEI + Enedis de 69,2 kt.

L’hexafluorure de soufre (SF6) est un gaz incolore, inodore, non toxique et ininflammable. C’est un excellent isolant électrique, largement utilisé par conséquent pour isoler les disjoncteurs haute et moyenne tension des réseaux de distribution et de transport. Dans les grandes centrales de production thermique et hydraulique, on trouve ce gaz dans les disjoncteurs et les postes blindés (poste sous enveloppe métallique). Depuis plusieurs années, les émissions de SF6 d’EDF en France baissent régulièrement (- 2 % en 2016, - 20 % en 2015, - 10 % en 2014 et - 13 % en 2013), principalement grâce à la poursuite des travaux de rénovation des matériels de stockage. Au niveau du Groupe, la baisse des émissions entre 2016 et 2015 (- 6,8 %) est due à un contrôle renforcé des fuites accidentelles à Enedis, EDF Energy et à Edison.