Retour à l'accueil de la centrale

Le 4 mars 2021, lors d’une activité de maintenance programmée sur l’unité de production numéro 2 actuellement à l’arrêt pour maintenance, les équipes d’intervention détectent une anomalie de montage sur la connectique d’un l’électroaimant permettant le pilotage de l’un des trois tandems de soupapes protégeant le circuit primaire vis-à-vis du risque de surpression*.
 
Cet équipement, placé dans le bâtiment réacteur, fait l’objet de spécifications de montage particulières, visant à garantir son étanchéité à la pression ambiante et son aptitude à assurer son rôle dans des conditions d’environnement correspondant aux conditions normales de fonctionnement du réacteur, comme dans des situations d’ambiance dégradées.  
 
Cette anomalie de montage, datant de l’arrêt pour maintenance précédent en 2019, ne remet pas en cause le bon fonctionnement du matériel, mais entraîne cependant la remise en cause de son aptitude à fonctionner en situation d’ambiance dégradée.

Cet événement n’a pas eu d’impact sur la sûreté de l’installation. Toutefois, compte tenu de sa détection dite tardive, la centrale nucléaire de Civaux a déclaré cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire le 9 mars comme un événement significatif de sûreté au niveau 1 (anomalie) de l’échelle INES qui en compte 7.
 
 
* Chaque unité de production est équipée de trois tandems de deux soupapes connectées au pressuriseur, qui ont pour fonction de protéger le circuit primaire en cas de surpression. Chacune des soupapes est constituée de la soupape proprement dite ainsi que d’un détecteur-pilote comprenant un électroaimant ainsi que des lignes de pilotage.