Présentation

La centrale nucléaire de Creys-Malville

Implantée en bordure du Rhône, sur la commune de Creys-Mépieu (Isère), la centrale de Creys-Malville appartenait à la filière des réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium (RNR). Elle est définitivement à l'arrêt depuis février 1998.

Après le déchargement complet du combustible (1999-2003), le démantèlement de la salle des machines a été effectué en 2003-2004.

Plusieurs éléments non requis pour la sûreté de l'installation ont également été démontés depuis la mise à l'arrêt de la centrale. Les plus visibles ont été les cheminées, les pylônes et les lignes électriques.

Divers chantiers de déconstruction proprement dite se déroulent régulièrement à l'intérieur des bâtiments, comme par exemple dans les générateurs de vapeur ou le bâtiment réacteur.

Le site a franchi aujourd'hui une nouvelle étape : le traitement des 5 500 tonnes de sodium (utilisé pour transporter la chaleur du cœur du réacteur vers les générateurs de vapeur) dans l'installation TNA.

La déconstruction complète de Superphénix est autorisée par le décret du 20 mars 2006. Ce même jour, un second décret autorisait EDF à exploiter jusqu'en 2035 l'APEC (Atelier pour l'Entreposage du Combustible), dans lequel est entreposé le combustible usé et neuf de Superphénix, ainsi que divers composants issus du démantèlement du réacteur.