Présentation

La centrale nucléaire de Creys-Malville

 
1.Carte d’identité
La centrale de Creys-Malville est un Réacteur à neutrons rapides (RNR) «SUPERPHENIX» d’une puissance de 1240 MWe situé sur la commune de Creys-Mépieu dans le département de l’Isère. Il a été mis en service en 1986 et arrêté définitivement en 1997. Ce réacteur était l’unique prototype de la filière RNR construit à l’échelle industrielle en France.
Le parc nucléaire a depuis été constitué de réacteurs utilisant une autre technologie, dite de «Réacteur à eau pressurisée (REP)», qui permet aujourd’hui à EDF de disposer d’un parc standardisé de 56 réacteurs.

2. Cadre juridique et premières étapes du démantèlement
Dès la mise à l’arrêt du réacteur en 1997, EDF a mené les premières opérations de démantèlement (vidange des circuits, évacuation du combustible, etc.). Ces opérations ont permis d'éliminer 99,9% de la radioactivité présente sur site. En parallèle, EDF a procédé au démantèlement de la salle des machines et des équipements non-radioactifs, mais également à la construction des installations nécessaires aux futures étapes du démantèlement comme l’installation d’un dispositif de traitement du sodium qui était utilisé pour le refroidissement du réacteur«SUPERPHENIX».
Le décret d'autorisation de démantèlement du réacteur de Creys-Malville a été obtenu en 2006 après une enquête publique réalisée en 2004.

3. Avancement du démantèlement
«SUPERPHENIX» est le plus gros réacteur nucléaire en démantèlement au monde. La taille de sa cuve est six fois supérieure à celle des réacteurs du parc EDF actuellement en exploitation et comprend une plus grande quantité d’équipements et de composants à traiter. Ces caractéristiques rallonge la durée du démantèlement par rapport à un réacteur standard. Avec la déconstruction de «SUPERPHENIX», EDF a acquis une expertise reconnue et recherchée à l’international sur ce type de technologie.

Principales étapes de sa déconstruction :

-Entre 1999 et 2007 les opérations ont été principalement orientées vers le déchargement du combustible et le démantèlement de la partie non-nucléaire des installations comme les équipements électromécaniques et la salle des machines.

-De 2007 à 2017 les équipes d’EDF se sont dédiées à l’élimination du sodium. Cette période a aussi été l’occasion de retirer les plus gros composants immergés dans la cuve du réacteur comme les pompes primaires et les échangeurs intermédiaires.

-Depuis 2017, les principales étapes du démantèlement de SUPERPHENIX se concentrent autour de l’élimination du risque radiologique, de l’ouverture de la cuve, du retrait et de la découpe des trois bouchons qui l’enfermaient, puis du démantèlement des internes de cuve.

-La fin du démantèlement de «SUPEPHENIX» est prévue aux environs de 2035.

4. Information du public
Vous souhaitez découvrir le site de l'intérieur ? comprendre les étapes de la déconstruction ? Creys-Malville vous accueille pour une visite gratuite adaptée à votre demande : tour en bus, visite environnement, visite du bâtiment réacteur... Prenez rendez-vous auprès de l’équipe visites : 04 74 33 34 81 ou creys-visites@edf.fr
Comptez 3 semaines de délai entre la demande et la visite

5. Déconstruction des réacteurs nucléaires en France
La déconstruction est une étape normale de la vie d’une centrale nucléaire pour laquelle EDF assume l’entière responsabilité surles plans financier, technique et réglementaire.
EDF dispose d’une expertise unique en matière de déconstruction et mène actuellement 9 chantiers de déconstruction, de 4 technologies différentes (1 réacteur à eau lourde, 6 réacteurs à uranium naturel-graphite-gaz, 1 réacteur à neutrons rapides et 1 réacteur à eau pressurisée). Au sein du Groupe EDF, 1 000 personnes sont mobilisées sur les opérations de déconstruction et la gestion des déchets radioactifs.
EDF se positionne comme un acteur majeur sur le marché de la déconstruction au niveau international via sa filiale CYCLIFE, qui porte des offres en services d’ingénierie et de gestion de déchets.
 
 

 

  Timelapse des travaux de déconstruction dans le bâtiment réacteur (cliquer sur l'image)